Allez au contenu, Allez à la navigation

Aides opératoires instrumentistes

11e législature

Question écrite n° 15922 de M. André Diligent (Nord - UC)

publiée dans le JO Sénat du 29/04/1999 - page 1376

M. André Diligent attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale sur les difficultés que rencontrent les aides-opératoires instrumentistes, suite au décret du 15 mars 1993 qui exige la formation d'infirmière diplômée d'Etat pour exercer l'aide-opératoire. Il a pris connaissance de la réponse de Mme la ministre de l'emploi et de la solidarité parue au Journal officiel de l'Assemblée nationale du 1er février 1999, suite à l'interpellation de plusieurs parlementaires. Elle signale que " ces services s'attachent à trouver une solution pour ces aides-opératoires qui, tout en garantissant le respect des règles de qualification et d'expérience professionnelle fixées pour exercer certaines fonctions auprès de chirurgiens, prenne en compte les compétences de ces personnels et ne remette pas en cause leur emploi ". Il lui demande si il ne serait pas envisageable de créer un statut spécifique pour les aides-opératoires non diplômées mais présentant plusieurs années d'expérience, ceci en appliquant strictement le décret du 15 mars 1993 aux nouvelles personnes rectrutées.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 14/10/1999 - page 3412

Réponse. - Afin que des personnes faisant état d'une expérience professionnelle réelle et ayant acquis un savoir-faire dans le domaine sanitaire ne soient pas confrontées à un risque de licenciement, il a été nécessaire de trouver une solution. Les débats, dans le cadre de l'examen du projet de loi portant création d'une couverture maladie universelle, ont permis d'exposer les raisons pour lesquelles on ne pouvait totalement souscrire à la mesure de régularisation proposée par les parlementaires. En effet, il a été notamment rappelé que les actes accomplis par ces personnels relevaient en partie de ceux qui sont réservés aux infirmiers et que ceux-ci, pour exercer en bloc opératoire, avaient suivi une année supplémentaire de formation. Afin de concilier préoccupations sociales, souci de sécurité et respect des compétences des personnels infirmiers telles que définies par le décret nº 93-345 du 15 mars 1993, un amendement du Gouvernement a été déposé en deuxième lecture à l'Assemblée nationale visant à permettre au aides opératoires non qualifiés de se présenter aux épreuves terminales du diplôme professionnel d'aide-soignant, après dispense de la totalité de la formation. Bien que ces arguments aient été bien reçus, la proposition de la ministre n'a pas trouvé un écho favorable auprès des parlementaires qui ont souhaité conserver leur projet. Aussi la loi nº 99-641 du 27 juillet 1999 portant création d'une couverture maladie universelle dispose-t-elle dans son article 38 que " par dérogation à l'article L. 474 du code de la santé publique, peuvent accomplir des actes d'assistance auprès d'un praticien au cours d'une intervention chirurgicale les personnels aides-opératoires et aides-instrumentistes exerçant cette activité professionnelle depuis une durée au moins égale à six ans avant la publication de la présente loi, et ayant satisfait, avant le 31 décembre 2002, à des épreuves de vérification des connaissances dans des conditions déterminées par décret ".