Allez au contenu, Allez à la navigation

Evaluations des élèves en CE 2 et en 6e

11e législature

Question écrite n° 17069 de M. Jacques Legendre (Nord - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 10/06/1999 - page 1912

Une note d'information de la direction de la programmation et du développement du ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie a rendu compte récemment des résultats des évaluations des élèves en CE 2 et en 6e. Cette évaluation est particulièrement significative puisqu'elle porte sur l'ensemble des élèves. Or, elle établit que près de 20 % de ces derniers ne maîtrisent pas les données de base en lecture et en calcul. M. Jacques Legendre demande à M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie quelles mesures il compte prendre pour mettre un terme à la dégradation du niveau dans des matières aussi essentielles que la lecture et le calcul.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 02/09/1999 - page 2930

Réponse. - L'évaluation nationale en CE 2 et en 6e constitue une pièce importante d'un dispositif plus complexe de suivi des élèves, de leurs progrès et de leurs difficultés. Cette opération a été créée en 1989, en accompagnement de la mise en uvre de la loi sur l'éducation du 10 juillet 1989 et, en particulier, de l'organisation de la scolarité primaire en cycles pédagogiques. L'objectif de cette organisation était, et reste, d'ajuster l'action pédagogique aux acquis et besoins des élèves. La circulaire du 18 novembre 1998 précise les modalités selon lesquelles des aides doivent être apportées aux élèves qui ne maîtrisent pas les compétences de base telles qu'elles sont évaluées par les épreuves nationales. Les évaluations nationales, afin d'être pleinement efficaces, vont être revues dans le sens d'une amélioration de la fiabilité des tests et de leur maniabilité pour les maîtres. Par ailleurs, le développement des évaluations de terrain tout au long de l'école primaire sera favorisé et des guides à la fois rigoureux, simples et de dimension volontairement modeste, conçus pour faciliter le pilotage de la classe et l'aide à l'élève en temps utile, seront fournis aux maîtres. En outre, la charte pour bâtir l'école du XXIe siècle, élaborée en concertation avec les partenaires du système éducatif, a défini les principes qui doivent inspirer l'évolution de l'enseignement primaire. Cette charte réaffirme que la maîtrise des savoirs fondamentaux constitue l'objectif prioritaire de l'école primaire. Sa mise en uvre passe par le développement d'un processus d'innovation pédagogique auquel toutes les écoles sont invitées progressivement à s'associer. Il s'agit de marquer une nouvelle étape dans l'amélioration et la modernisation de l'école primaire pour qu'elle réponde mieux encore au défi de la réussite scolaire pour tous et à la mise en place d'une éducation qui intègre les rythmes de vie de l'enfant. L'aide individualisée aux élèves est une des modalités privilégiées pour la mise en uvre du principe clé selon lequel l'école doit être son propre recours. A tous les niveaux de la scolarité, l'aide individualisée, en faveur des élèves qui en ont le plus besoin, constitue une préoccupation majeure des établissements. La lutte contre l'échec scolaire, la réduction des taux de redoublements, la réussite aux examens, en somme la qualité des apprentissages des élèves exige, compte tenu de l'hétérogénéité des publics, la mise en place des dispositifs d'aide individualisée : aide méthodologique, études encadrées ou surveillées, permanences, aide aux devoirs et leçons.