Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des traumatisés crâniens

11e législature

Question écrite n° 17251 de M. Guy Lemaire (Loire-Atlantique - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 17/06/1999 - page 2026

M. Guy Lemaire attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale sur la situation des traumatisés crâniens. Si des avancées ont pu être réalisées en leur faveur, les familles estiment que le dispositif actuel ou prévu ne correspond pas aux besoins quantitatifs et qualitatifs pour faire face au rattrapage nécessaire et au flux annuel des victimes nouvelles. Elles demandent la reconduction bisannuelle d'une enveloppe de mesures spécifiques d'au moins 50 millions de francs afin de combler les retards accumulés dans la prise en charge des traumatisés crâniens. Elles demandent également l'attribution, hors enveloppe, de 350 places en maison d'accueil spécialisé, sur le programme de 1998-2003, pour les traumatisés crâniens graves, et 500 autres en centre aidé par le travail. En conséquence, il souhaiterait connaître ses intentions en ce domaine.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 11/11/1999 - page 3742

Réponse. - L'amélioration de la prise en charge des personnes atteintes d'un traumatisme crânien constitue l'une des priorités du Gouvernement dans le cadre de sa politique en faveur des personnes handicapées. La circulaire du 4 juillet 1996 a organisé la mise en place de dispositifs régionaux pluriannuels visant à améliorer la prise en charge médico-sociale et la réinsertion professionnelle de cette catégorie de personnes handicapées. En 1996 et 1998, deux appels d'offre de 50 millions de francs chacun de crédits de l'assurance maladie ont été organisés et ont permis de financer plus de 900 places en institutions médico-sociales adaptées aux besoins des traumatisés crâniens, incluant 50 places de CAT. Ces places se répartissent en trois grandes catégories : 1º 336 places correspondant à vingt unités expérimentales d'évaluation, de réentraînement et d'orientations sociales et professionnelles (UEROS), lesquelles constituent des pôles techniques se situant à la charnière du sanitaire et du social ; 2º 123 places correspondant à une dizaine d'équipes mobiles permettant d'assurer des actions de soutien à domicile et d'insertion sociale en milieu ordinaire ; 3º 410 places de structures médico-sociales spécifiquement adaptées aux traumatisés crâniens les plus handicapés dans leur vie quotidienne ; 2 IME (25 places, 20 FDT (332 places), 4 MAS (52 places). Les efforts entrepris seront poursuivis au cours des exercices ultérieurs, tant pour ce qui concerne le volet sanitaire que pour le volet médico-social des prises en charge. S'agissant des aspects sanitaires de la politique conduite pour les traumatisés crâniens, les schémas régionaux de soins de suite et de réadaptation, actuellement en cours d'élaboration, pourront prévoir des centres ou unités de rééducation fonctionnelle spécifiquement dédiés à la réactivation précoce des fonctions mentales supérieures de ces catégories de personnes. Par ailleurs, s'agissant des personnes présentant un état végétatif chronique, une réforme de fond des soins de longue durée est en préparation : elle vise à redéfinir ces soins par voie législative. C'est dans ce nouveau cadre que les personnes en situation d'état végétatif persistant pourront faire l'objet d'une prise en charge correspondant à leurs besoins, sous la forme de petites unités réparties sur le territoire. Concernant, en aval des soins, les aspects médico-sociaux du traumatisme crânien, les efforts financiers consentis en 1996 et 1998 seront poursuivis en l'an 2000.