Allez au contenu, Allez à la navigation

Amélioration de la situation sociale et professionnelle des salariés du tourisme

11e législature

Question écrite n° 17783 de M. Louis Souvet (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 08/07/1999 - page 2292

M. Louis Souvet attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat au tourisme sur les protocoles d'accord visant à favoriser la pérennité de l'emploi et à faciliter le recrutement de personnel saisonnier et associant des départements, les organisations professionnelles à la direction du travail et de l'emploi, à l'ANPE (Agence nationale pour l'emploi) et à l'AFPA (Association pour la formation professionnelle des adultes). Il s'agit de permettre la mise en relation de deux entreprises saisonnières complémentaires pour qu'elles assurent à un salarié deux saisons les plus longues possibles. Ce dispositif a été testé lors de la saison d'hiver 1998-1999. Il demande si dans l'optique du rapport de M. Le Pors, rapport relatif à l'amélioration de la situation sociale et professionnelle des salariés du tourisme, l'Etat va inciter les différents partenaires à mettre au point de telles conventions.



Réponse du ministère : Tourisme

publiée dans le JO Sénat du 09/09/1999 - page 3020

Réponse. - Dans la proposition nº 4 de son rapport sur la situation sociale et professionnelle des travailleurs saisonniers du tourisme, Anicet Le Pors préconise de développer les échanges entre sites. Il part du constat que l'adéquation du marché du travail aux exigences du tourisme saisonnier est insuffisante, et qu'en particulier les échanges entre les principaux sites touristiques, dont les périodes de saisonnalité sont différentes, ne sont pas assez développés. A cet égard, l'expérimentation lancée par l'ANPE entre la Savoie (bassin d'emploi d'Albertville) et le Morbihan (bassin d'emploi d'Auray), consistant à organiser le recrutement et les déplacements des saisonniers des deux départements au moment de l'activité saisonnière, est particulièrement concluante. Bien entendu, un tel dispositif suppose une forte implication des fédérations professionnelles locales, notamment pour que les problèmes de logement et de transport soient réglés. Il suppose également que les services de l'Etat soient mobilisés. En particulier, l'ANPE doit exploiter au mieux son " vivier " local afin de dégager des profils susceptibles de correspondre aux postes offerts. L'Etat est donc au c ur de tels dispositifs et, pour sa part, le secrétariat d'Etat au tourisme veille à l'implication des délégations régionales au tourisme, en liaison avec les services déconcentrés du ministère de l'emploi et de la solidarité, les ANPE et les missions locales pour l'emploi.