Allez au contenu, Allez à la navigation

Grève de la faim du maire de Masnières en réponse à la fermeture d'une verrerie

11e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0356G de M. Ivan Renar (Nord - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 09/06/2000 - page 3792

M. le président. La parole est à M. Renar.
M. Ivan Renar. Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, mesdames, messieurs les ministres, mes chers
collègues, je veux saluer ma collègue, mon amie, Colette Dessaint, maire de la commune de Masnières, dans le
département du Nord, qui a choisi de faire la grève de la faim depuis dix-sept jours pour protester contre un nouveau
plan de licenciements qui touche la verrerie de Masnières. Elle vient d'être hospitalisée. J'aurai de ses nouvelles dans
un instant.
Je veux saluer le courage de cette femme, de cette élue, maire et conseillère régionale, qui refuse qu'une fois encore
les femmes, les hommes, les familles, soient les premiers sacrifiés, les premières victimes de choix plus financiers
qu'industriels.
Le plan social mis en oeuvre par le groupe italien Bormioli-Rocco prévoit le licenciement de 223 salariés et de 83
intérimaires.
Si rien n'est fait pour contrecarrer ce plan, c'est, à terme rapide, l'activité même de l'entreprise qui est en jeu. La qualité
des productions est-elle en cause ? Le savoir-faire des salariés est-il insuffisant ? Les commandes sont-elles en chute
?
Non, rien de cela, si ce n'est une volonté de délocaliser les productions dans un seul souci de rentabilité accrue !
Vous avez reçu, monsieur le Premier ministre, comme nous tous ici, une lettre très forte de Mme Dessaint, un véritable
plaidoyer humaniste pour qu'enfin le sort des salariés, des familles, prime sur toute autre considération.
Elle nous interroge tous sur la responsabilité de la politique, des hommes politiques, nous invitant à agir avant toute
chose pour les hommes.
J'ai eu l'occasion de rendre visite à plusieurs reprises à Mme Dessaint. J'ai pu mesurer toute sa détermination et
l'ampleur des soutiens et des solidarités que son action suscite ; soutiens et solidarités à la hauteur du traumatisme
que représentent ces nouvelles menaces pour la population, pour une ville dont l'histoire et le développement se
conjuguent avec l'histoire des verreries.
Colette Dessaint témoigne de la détresse mais aussi de la protestation et de la colère de toute une population. Elle ne
se plaint pas, elle porte plainte.
Serions-nous impuissants et sans arme devant les logiques économiques libérales, devant l'argent absolu, comme on
disait « monarchie absolue » ?
Serions-nous pieds et poings liés face aux délocalisations, qui mutilent des pans entiers de notre potentiel industriel ?
N'est-il pas de notre responsabilité d'agir contre les licenciements ?
La présidence française de l'Union européenne ne peut-elle pas constituer un atout et un point d'appui pour la mise en
oeuvre de nouvelles règles contre les délocalisations ?
M. Alain Gournac. Qu'est-ce qu'il « balance » au Gouvernement !
M. Ivan Renar. Ecoutez le cri qui monte du Cambrésis, monsieur le Premier ministre, mesdames, messieurs les
ministres !
La réponse et les actes du Gouvernement sont attendus avec impatience et espoir. (Applaudissements sur les travées
du groupe communiste républicain et citoyen. - M. Hamel applaudit également)



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 09/06/2000 - page 3793

M. le président. La parole est à M. le ministre.
M. Laurent Fabius, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie. Monsieur le sénateur, comme vous - vous
avez exposé la situation avec beaucoup de force - le Gouvernement est extrêmement préoccupé par l'annonce du
nouveau plan social qui toucherait plus de 200 personnes sur les 650 qui sont employées par les verreries de
Masnières.
Quand on sait l'histoire du site, de la commune et ce que représente pour une petite commune une entreprise de 650
personnes, avec tout à coup un foudroiement pour le tiers de l'effectif, on comprend l'engagement de Mme Dessaint, le
maire de cette commune, qui a d'ailleurs dû être hospitalisée à la suite de sa grève de la faim.
Le Gouvernement est, comme vous le savez, à vos côtés. Il a montré sa détermination à agir, avec, en particulier,
l'action de Mme Aubry et de M. Pierret. Il est tout à fait déterminé à ne pas laisser s'opérer ce que l'on appelle une «
restructuration », mais qui est, en fait, une démolition, et donc à intervenir, compte tenu des pouvoirs qui sont les siens,
très vigoureusement pour empêcher cette casse.
Une absence totale de garantie sur la pérennité du site et sur la préservation des savoir-faire, alors que, vous l'avez
souligné, l'organisation du groupe Bormioli peut laisser craindre des menaces de transfert de production vers l'Italie, ne
peut pas être acceptée.
A l'annonce de votre question, j'ai donc renouvelé nos instructions au préfet du Nord et au secrétariat d'Etat à l'industrie
pour utiliser, en liaison avec le ministre de l'emploi et des affaires sociales, toutes les armes juridiques, économiques,
industrielles en notre pouvoir pour empêcher cette casse.
Vous avez souligné que, bientôt, nous assumerons la présidence de l'Union européenne. M. le Premier ministre nous a
demandé de prévoir un véritable agenda social pour que cette démarche puisse déboucher sur des résultats concrets,
avec des échéances fixées au préalable.
C'est dans cet esprit, monsieur le sénateur, qui rejoint tout à fait le vôtre, que nous mettrons tout en oeuvre pour que la
pérennité des verreries de Masnières puisse être assurée. (Applaudissements sur les travées socialistes, sur celles du
groupe communiste républicain et citoyen, ainsi que sur certaines travées du RDSE.)