Allez au contenu, Allez à la navigation

Conditions de transport de la ligne SNCF Paris Nord - Emont - Valmondois

11e législature

Question écrite n° 30662 de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 25/01/2001 - page 212

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur les conditions de transport de la ligne SNCF Paris Nord - Ermont - Valmondois. Elle lui fait remarquer que ces conditions se dégradent en ce début d'année avec un non-respect des horaires, l'augmentation de la durée des trajets, l'absence de synchronisation dans les correspondances, l'insuffisance de communication et d'information vers les usagers en cas d'incident, l'insécurité, l'insuffisance d'entretien des locaux. Elle lui fait remarquer que cette ligne apparaît, et de très loin, comme la ligne la plus désavantagée des lignes SNCF Paris Nord, pourtant utilisée par 150 000 Val-d'Oisiens. Elle lui demande de lui faire connaître les mesures envisagées pour mettre en service des wagons modernes, avec climatisation, pour installer des bornes d'appel, la vidéo surveillance, afin d'assurer la sécurité des personnels et des voyageurs. Elle lui demande également de lui faire connaître les mesures permettant la desserte de toutes les gares, au-delà de Saint-Leu-la-Forêt, avec la mise en place pour chacune d'elles de personnels permanents plus nombreux.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 17/05/2001 - page 1693

Réponse. - Pour remédier aux dysfonctionnements rencontrés sur la ligne reliant Paris à Valmondois, des études spécifiques ont été programmées par la SNCF et les premières actions lancées. Cette politique de remise à niveau se décline suivant quatre axes : la maintenance du matériel roulant, la refonte des horaires, la résorption du n ud ferroviaire d'Ermont, le programme Transilien. En banlieue nord, comme dans l'ensemble de l'Ile-de-France, la SNCF est confrontée à d'importants retards de ses trains, avec une moyenne de 8,2 % de trains en retard de cinq minutes ou plus ou supprimés en 2000 pour l'ensemble des lignes de banlieue. Cette dégradation de la qualité de l'offre, sensible sur l'axe Paris-Valmondois, est due à la recrudescence des actes de malveillance, à l'augmentation du nombre de signaux d'alarme tirés de façon abusive et des accidents de personnes, à des avaries dues au vieillissement du matériel roulant, ainsi qu'à des problèmes de signalisation. Pour apporter une réponse immédiate aux problèmes touchant le matériel, dont les retards ou suppressions de trains sont une conséquence, des mesures ont été prises, notamment la mise en place d'une organisation en service continu dans certains ateliers d'entretien et de maintenance pour accélérer la fabrication des pièces de rechange. La rénovation du matériel roulant permettra, elle aussi, d'assurer un service de qualité ; les investissements prévus par le contrat de plan Etat-région Ile-de-France devraient y contribuer. Par ailleurs, une refonte totale des horaires sur l'axe Paris-Valmondois et l'axe connexe Paris-Pontoise est actuellement en cours pour améliorer la régularité sur cette ligne sans modifier pour autant les temps de parcours. Compte tenu de l'extrême complexité de l'exploitation ferroviaire sur cet axe, cette nouvelle organisation des horaires ne pourra être mise en place qu'à l'hiver 2001, après approbation par le Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF). Les problèmes d'irrégularité trouvent également leur origine dans la saturation du n ud ferroviaire d'Ermont, gare desservie par la ligne C du RER et par laquelle transitent les trains desservant Pontoise. Cette étoile à cinq branches constitue l'un des principaux facteurs explicatifs de l'irrégularité que connaît la banlieue nord-ouest, qui supporte depuis plusieurs années une augmentation du trafic sans que les installations aient évolué. Le traitement du n ud d'Ermont, pour lequel 950 millions de francs ont été inscrits dans le contrat de plan Etat-région, contribuera à l'amélioration globale de la régularité des dessertes ferroviaires dans ce secteur, en permettant de mettre fin au principal goulet d'étranglement du réseau de la banlieue nord. Enfin, dans le cadre du programme Transilien, qui vise à changer radicalement l'ambiance des gares et des trains pour les rendre plus confortables, plus accueillants, plus sûrs et plus aisés à utiliser, à la fin de cette année, les quinze gares de la ligne de Paris à Valmondois auront été modernisées (une dizaine d'entre elles dès l'été prochain), après Enghien-les-Bains et Epinay-Villetaneuse rénovées en 2000. A l'issue de ces opérations, du personnel supplémentaire sera mis en place afin d'assurer une présence humaine jusqu'au dernier train. Les élus et les associations d'usagers sont, bien évidemment, associés à cette politique dans le cadre du comité d'axe intergares " Ermont Halte - Valmondois ", qui concerne dix des quinze gares du parcours. Cette instance de concertation est le lieu où se définissent des objectifs communs visant à l'amélioration des déplacements.