Allez au contenu, Allez à la navigation

Institut universitaire de formation des maîtres de Bretagne

11e législature

Question écrite n° 30827 de M. Gérard Le Cam (Côtes-d'Armor - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 01/02/2001 - page 311

M. Gérard Le Cam souhaite attirer l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale quant à la situation préoccupante de l'Institut universitaire de formation des maîtres de Bretagne. En effet, pour compenser les nombreux départs en retraite prévisibles dans les toutes prochaines années, cet établissement est amené à doubler ses effectifs en stagiaires (dans le seul département des Côtes-d'Armor, le nombre de stagiaires passera de 200 à 400 en deux ans, puis 500 dans trois ans). En conséquence, pour conserver la qualité de l'enseignement dispensé, la création de seize nouveaux postes avait été demandée. Or aucun n'a été accordé. Ceci n'est pas sans poser de graves problèmes, tant sur le plan technique que pédagogique. C'est pourquoi il lui demande quelles solutions son ministère envisage de prendre rapidement afin que puisse être assurée dans les meilleures conditions la formation de ceux qui auront demain en charge l'enseignement de nos jeunes élèves, sachant que la situation de l'Institut universitaire de formation des maîtres de Bretagne n'est pas unique.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 24/05/2001 - page 1768

Réponse. - Au cours des dix années qui viennent, le corps enseignant est appelé à se renouveler de moitié. Cette augmentation des recrutements s'accompagnant de la nécessité de former les futurs maîtres à l'exercice de leur métier aura obligatoirement des conséquences à la fois quantitatives et qualitatives sur le fonctionnement des instituts universitaires de formation des maîtres. Cela suppose notamment une mobilisation de tous les acteurs au niveau académique pour accompagner les besoins de formation en utilisant de manière optimale les ressources existantes. S'agissant de l'IUFM de Rennes, il faut préciser que l'attribution au titre de l'année 2001 de 17 emplois de maîtres de conférences dans les IUFM sur les 300 inscrits en loi de finances a tenu compte du rapport entre le potentiel et les besoins de chaque établissement pour privilégier en priorité les IUFM sous-encadrés. Compte tenu de l'arrivée en formation à la prochaine rentrée des listes complémentaires du concours de professeurs des écoles, l'afflux des effectifs est réel sur le premier degré ; pour répondre à cette augmentation, l'IUFM s'est d'ores et déjà engagé dans une stratégie d'aménagement de son plan de formations et d'analyse de ses ressources en formateurs afin de réaliser en interne les évolutions adaptées à la situation. La signature prochaine du contrat entre le ministère et cet établissement sera l'occasion d'inscrire ces orientations pour les quatre années à venir et d'accompagner la politique volontariste de l'IUFM de Rennes.