Allez au contenu, Allez à la navigation

Propositions des aides-éducateurs en matière d'emploi

11e législature

Question écrite n° 30849 de M. Bernard Seillier (Aveyron - NI)

publiée dans le JO Sénat du 01/02/2001 - page 312

M. Bernard Seillier appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur les préoccupations des aides-éducateurs, recrutés dans le cadre des emplois-jeunes. En effet, nombreux parmi eux constatent que, depuis 1997, aucune aide sérieuse n'a été mise en place en matière de réinsertion professionnelle ou de formation, alors qu'ils restent dans une entière incertitude quant à leur avenir professionnel. En vue de préparer leur prochaine insertion professionnelle, ils émettent différentes propositions dont l'accès à un nombre conséquent de concours internes ; la mise en place d'un concours réservé aux aides-éducateurs pour accéder aux nouveaux métiers ayant un lien avec leur activité ; la mise en oeuvre d'accords avec des entreprises qui proposent des emplois adaptés à leurs qualifications, étant donné que, dans le cas contraire, les accords de partenariat passés avec de grandes entreprises n'ont abouti qu'à 1 % d'embauche ; enfin, que soient dégagés le temps et les moyens financiers nécessaires à une formation leur permettant d'obtenir une qualification diplomante. Il le remercie donc de bien vouloir lui indiquer quelle suite il entend réserver à ces propositions.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 03/05/2001 - page 1520

Réponse. - L'avenir professionnel des aides-éducateurs est une préoccupation constante du ministère de l'éducation nationale. C'est pourquoi, la politique de formation et de professionnalisation des aides-éducateurs, considérée comme prioritaire, a été relancée et réorientée clairement vers des actions et des mesures visant à faciliter leur insertion sur un emploi stable dans le secteur public ou privée à l'issue de leur contrat. La signature, le 13 décembre 2000, d'une nouvelle série de conventions avec des entreprises de secteurs très variés, a complété et diversifié les possibilités offertes par les accords passés au cours de l'année 1999. Par ailleurs, la mise en place dans toutes les académies de plates-formes de professionnalisation optimise la mobilisation de l'ensemble des ressources de l'éducation nationale en matière de formation mais aussi d'information, d'orientation, de conseil et d'insertion. Les aides-éducateurs attirés par les métiers de la fonction publique peuvent bénéficier de préparations adaptées, en particulier pour préparer les concours externes de recrutement de l'éducation nationale. Toutefois, la réglementation actuelle en matière de concours de la fonction publique, qui n'est pas spécifique à l'éducation nationale, ne permet pas d'ouvrir aux aides-éducateurs l'accès aux concours internes.