Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de l'université de Limoges

11e législature

Question écrite n° 31375 de M. Jean-Pierre Demerliat (Haute-Vienne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 22/02/2001 - page 624

M. Jean-Pierre Demerliat attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la situation de l'université de Limoges. En effet, selon les estimations du bureau de l'université, il manquerait entre 150 et 200 postes d'enseignants pour qu'un enseignement de qualité soit assuré dans de bonnes conditions de travail. La dotation en postes d'enseignant-chercheur pour 2001 est loin d'être satisfaisante car elle ne prévoit aucun poste supplémentaire. L'université est donc obligée de recourir massivement aux heures supplémentaires pour pallier ce déficit d'enseignants. Il aimerait donc savoir quels sont les projets du Gouvernement en matière de créations de postes dans les universités en général et celle de Limoges en particulier, et il souhaiterait savoir comment il compte remédier à une situation préjudiciable à la qualité du service public de l'éducation.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 26/04/2001 - page 1448

Réponse. - A la rentrée 2001, l'université de Limoges bénéficiera de la création de 8 emplois IATOSS et d'un emploi de personnel de bibliothèque. Ces emplois s'ajouteront aux 51 emplois et supports d'emplois enseignants et 23 emplois de personnels IATOSS et de bibliothèque créés au cours des trois derniers exercices budgétaires. Le plan pluriannuel d'emploi adopté par le Gouvernement doit permettre la poursuite de cet effort. La dotation de fonctionnement, bien que stable, est strictement égale aux besoins théoriques définis pour l'établissement. Le soutien aux missions nouvelles et à la recherche fait, quant à lui, l'objet d'un contrat quadriennal de développement (2000-2003) qui prévoit le versement de 105 millions de francs en sus de la dotation de fonctionnement.