Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement en zones d'éducation prioritaire

11e législature

Question écrite n° 32320 de M. René Trégouët (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 05/04/2001 - page 1123

M. René Trégouët rappelle à l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale ses propos confiés au journal le Monde et publiés dans son édition datée du 26 mars 2001 suite à la réforme de l'admission à Sciences Po après conclusion de conventions avec certains lycées situés en zones d'éducation prioritaire. Il a notamment déclaré qu'il souhaitait que cette initiative suscite des retombées et fasse des émules. Il a enfin manifesté son désir de révéler et revaloriser l'enseignement en zones d'éducation prioritaire. Peut-il à cette occasion lui faire un bref bilan chiffré des taux de réussite des élèves concernés dans les principales filières auxquelles les lycées qui y sont implantés préparent ?



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 12/07/2001 - page 2324

Les lycées qui bénéficient actuellement d'une convention avec sciences politiques sont des établissements qui accueillent une forte proportion d'élèves issus de catégories socio-professionnelles défavorisées. Du point de vue de leurs performances, l'examen des indicateurs fondés sur les résultats au baccalauréat de leurs élèves, indicateurs que le ministère vient de rendre publics, montre qu'ils présentent des points forts intéressants. Ainsi, le lycée Jean-Zay à Aulnay-sous-Bois, dans l'académie de Créteil, a obtenu un taux de réussite au baccalauréat série littéraire de 85 % alors que le taux de réussite que l'on pouvait attendre - compte tenu des caractéristiques de ses élèves - était de 79 %. De ce point de vue, ce lycée a une " valeur ajoutée positive " puisqu'il fait mieux, en moyenne, que l'ensemble des lycées comparables. On peut citer encore le lycée Auguste-Blanqui à Saint-Ouen, dans la même académie, qui présente un taux de réussite de 75 % pour un taux attendu de 72 % ; de même le lycée Jean-Victor-Poncelet à Saint-Avold dans l'académie de Nancy-Metz présente un taux de réussite de 88 % en série sciences et technologies tertiaires pour un taux attendu de 81 %. Lorsqu'on s'intéresse à la notion de taux d'accès, c'est-à-dire à la capacité de ces établissements à conduire leurs élèves jusqu'à l'obtention du baccalauréat, on peut observer, là encore, de très bons résultats. Dans l'académie de Nancy-Metz, le lycée de Saint-Avold amène 80 % de ses élèves de seconde au baccalauréat, alors que l'on pouvait n'attendre que 72 % - toujours compte tenu des caractéristiques de ses élèves. Le lycée Saint-Exupéry à Fameck dans l'académie de Nancy-Metz présente un taux d'accès entre la classe de première et le baccalauréat de 89 % pour un taux attendu de 74 %. Ces exemples laissent penser que ces lycées doivent être parfaitement à même, si on les appuie, de préparer quelques-uns de leurs élèves à réussir une formation à l'Institut des études politiques.