Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique des haras nationaux en matière d'étalonnage public (station de Saint-Vivien-de-Médoc)

11e législature

Question écrite n° 32379 de M. Xavier Pintat (Gironde - RI)

publiée dans le JO Sénat du 05/04/2001 - page 1119

M. Xavier Pintat attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur le devenir des haras nationaux de Saint-Vivien-de-Médoc appelés à être transférés en région bordelaise, dans le cadre du plan de restructuration des haras nationaux. Il apparaît que le nombre des stations est jugé aujourd'hui excessif par la direction nationale des haras en raison de leur baisse de fréquentation, due principalement à la mévente des chevaux et à la concurrence accrue des étalonniers privés. Cinquante stations seraient concernées par une fermeture pure et simple dont celle de Saint-Vivien-de-Médoc (Gironde). Alors que la tradition de l'élevage des chevaux est séculaire en nord-médoc, véritable petite Camargue où exercent plus de 150 éleveurs à l'année, la fermeture annoncée de ce haras remet en cause le développement de la filière équine en nord-médoc ainsi que le projet défendu par le district de la pointe du Médoc de créer et financer un laboratoire d'insémination, pour répondre aux fortes attentes des éleveurs. Les haras de Saint-Vivien-de-Médoc remplissent pourtant les critères nécessaires à son maintien en termes de fréquentation, de capacité d'accueil et de localisation géographique. En conséquence, il lui demande de surseoir au projet de suppression de la station de Saint-Vivien-de-Médoc dont le maintien garantit non seulement la viabilité économique des entreprises locales d'élevage mais, surtout, assure aux éleveurs nord-médocains une égalité d'accès au service public d'étalonnage, dans un canton classé en zone de revitalisation rurale et fortement défavorisé par son enclavement géographique.



Réponse du ministère : Agriculture

publiée dans le JO Sénat du 21/06/2001 - page 2080

L'établissement public Les Haras nationaux a engagé une réflexion sur son dimensionnement et les voies et moyens à mettre en oeuvre pour assurer aux éleveurs de la filière équine de l'ensemble du terrritoire un service à la hauteur de leurs attentes, conforme à la tradition d'excellence des Haras nationaux. Cette réflexion donnera nécessairement lieu à une reconfiguration du maillage du territoire assuré par les stations de reproduction. Bien entendu, cette réorganisation sera définie après une analyse conduite en liaison avec les responsables professionnels et les collectivités locales. C'est dans cet esprit que le directeur général des Haras nationaux doit se rendre prochainement à la station de Saint-Vivien-de-Médoc, déplacement au cours duquel il devrait rencontrer les élus ainsi que les représentants des éleveurs. Il recueillera les observations des utilisateurs afin d'examiner, avec eux et les collectivités territoriales, les solutions adaptées permettant d'assurer à l'avenir un service de haute qualité.