Allez au contenu, Allez à la navigation

Cristallisation des retraites des anciens combattants d'Afrique du Nord

11e législature

Question écrite n° 33401 de M. Michel Doublet (Charente-Maritime - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 24/05/2001 - page 1729

M. Michel Doublet attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la défense, chargé des anciens combattants sur le dossier de la cristallisation des retraites et pensions des anciens combattants des Etats du Maghreb ayant servi pour la France et lui demande s'il envisage d'améliorer les pensions versées



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 23/08/2001 - page 2706

L'honorable parlementaire appelle l'attention sur la situation des anciens combattants de l'armée française ressortissants des pays du Maghreb dont les pensions sont, depuis la date d'indépendance de leurs pays, concernés par les mesures dites de " cristallisation ". Le secrétaire d'Etat aux anciens combattants tient à rappeler que deux dispositions adoptées dans le cadre de la loi de finances pour 2001 ont marqué une avancée significative de ce dossier, consécutivement d'une part, à l'étude qui avait été engagée aux fins d'évaluer le pouvoir d'achat réel, dans les pays anciennement sous souveraineté ou protectorat français, des pensions et retraites du combattant cristallisées dapuis l'accession de ces pays à l'indépendance ; d'autre part, à l'avis rendu par le Conseil d'Etat dans une affaire Khoudjil, publié au Journal officiel de la République française du 1er janvier 2000 et concluant à la recevabilité des demandes de retraite du combattant présentées postérieurement à l'indépendance, lorsque les conditions légales exigées par le code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre sont remplies. Tirant notamment les conséquences de cette nouvelle appréciation juridique, l'article 109 de cette loi permet effectivement de lever, à compter du 1er janvier 2001, la forclusion jusqu'alors opposée aux demandes de retraite du combattant formulées par les ressortissants originaires de ces pays et de rétablir le droit au versement de cette prestation au taux cristallisé. D'ores et déjà, les personnes qui souhaitent voir étudier leurs droits éventuels à cette gratification en application de cet article peuvent en formuler la demande auprès des services compétents du département ministériel. L'article 110, quant à lui, institue une commission d'étude des pensions cristallisées chargée de proposer des mesures d'ordre législatif et réglementaire permettant la revalorisation des rentes, retraites et pensions des anciens combattants de l'outre-mer. Le décret n° 2001-578 du 2 juillet 2001 pris pour son application a été publié au Journal officiel de la République française le 4 juillet 2001. La composition de cette commission, désormais connue, sera la suivante : un membre du Conseil d'Etat ; cinq représentants des administrations concernées dont un désigné par le secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants ; cinq membres nommés par le secrétaire d'Etat sur proposition des associations les plus représentatives des anciens combattants ; deux députés et deux sénateurs. L'arrêté désignant ces membres est en cours de préparation. Les ressortissants du Maghreb sont concernés par ces deux mesures.