Allez au contenu, Allez à la navigation

Union franco-allemande

11e législature

Question écrite n° 34062 de M. René Trégouët (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 28/06/2001 - page 2118

M. René Trégouët rappelle à l'attention de M. le ministre délégué chargé des affaires européennes la position prise le 18 juin dernier (dans un article publié par le Sueddeustche Zeintung) par le commissaire européen français en charge du commerce extérieur ainsi que par un ancien ministre des finances français, sur l'avenir de l'Europe. Ils proposent la mise en place d'une union à deux franco-allemande pour accélérer l'intégration européenne, qui passerait par l'institution d'un congrès composé de députés des deux parlements, des rencontres fréquentes entre conseils des ministres et d'un secrétariat bilatéral permanent. Le gouvernement français va-t-il soutenir cette proposition ?



Réponse du ministère : Affaires européennes

publiée dans le JO Sénat du 26/07/2001 - page 2447

L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention du ministre chargé des affaires européennes sur la mise en place d'une union franco-allemande pour accélérer l'intégration européenne. Cette proposition d'un certain nombre de personnalités, dont MM. Pascal Lamy et Dominique Strauss-Kahn, constitue une contribution au grand débat sur l'avenir de l'Europe, lancé au Conseil européen de Nice, en décembre dernier. Elle sera intégrée, parmi d'autres, dans la discussion en cours, engagée dans notre pays. En tout état de cause, la France et l'Allemagne entretiennent une relation privilégiée au service de la construction européenne. Cette relation reste cruciale pour le gouvernement français.