Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences du déficit de l'Etat

11e législature

Question écrite n° 34718 de M. Louis Souvet (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 02/08/2001 - page 2503

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur les conséquences du montant du déficit de l'Etat. Mme le secrétaire d'Etat au budget a reconnu le jeudi 19 juillet 2001 que les moins-values fiscales attendraient 25 milliards de francs (soit 3,981 milliards d'euros). Le déficit budgétaire dépassera donc logiquement les 186 milliards de francs (28,36 milliards d'euros). Il demande si, dans ces conditions, l'engagement pris vis-à-vis des autorités communautaires de ramener le déficit à 1 % du PIB pourra être respecté. Toute divergence au niveau des critères financiers ne peut qu'affaiblir encore un peu la valeur de l'euro vis-à-vis des autres monnaies internationales, ce qui, à terme ne peut qu'être préjudiciable à l'économie nationale dans son ensemble. La maîtrise des dépenses de l'Etat ne relève pas, loin s'en faut, du simple dogme monétarisme.



La question est caduque