Allez au contenu, Allez à la navigation

Moyens supplémentaires pour le bassin de vie de l'hôpital de Gonesse et le département du Val-d'Oise

11e législature

Question écrite n° 34970 de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 06/09/2001 - page 2856

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de M. le ministre délégué à la santé sur le développement du sida (syndrome immunodéficitaire acquis) dans le bassin de vie de Gonesse (Val-d'Oise). Concernant l'hospitalisation des patients, le service spécialisé du centre hospitalier E.-Rain a accueilli 60 séjours en 1999, 97 en 2000. Pour le premier semestre 2001, on note 86 séjours, soit une progression de 90 % par rapport à l'année 2000. Concernant les consultations spécialisées pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), leur nombre est de 800 par an et ne peut pas être accru faute de moyens. En 1999, 58 nouveaux patients ont été dépistés et examinés. En 2000, on note 140 nouveaux cas et 46 nouveaux patients pour les deux premiers mois de 2001. Parmi les nouveaux patients, 15 % sont des femmes enceintes dont certaines ne connaissent pas leur séropositivité avant la grossesse. Ces chiffres démontrent un potentiel d'augmentation important de l'activité VIH sur le centre hospitalier de Gonesse et appellent des moyens supplémentaires sur le bassin de vie de l'hôpital et l'ensemble du département du Val-d'Oise. Il est devenu nécessaire d'obtenir la création de nouveaux postes de praticiens, de nouvelles plages de consultations, des équipements nouveaux pour que tous les patients puissent être pris en charge de façon adéquate. Elle lui demande de lui faire connaître les mesures prises en faveur de moyens médicaux supplémentaires évalués, dans l'immédiat, à un praticien hospitalier supplémentaire pour assurer le suivi des patients hospitalisés, à quatre vacations pour la création de consultations permettant la prise en charge de nouveaux patients, la création d'un poste à temps plein d'assistante sociale dévolue aux patients atteints pour la pathologie VIH. Elle lui demande également de lui faire connaître les mesures nouvelles en faveur des activités de prévention et de soutien aux personnes vulnérables dans le département du Val-d'Oise.



La question est caduque