Allez au contenu, Allez à la navigation

Fermeture de l'entreprise Great Lakes Chemical France située à Persan

11e législature

Question écrite n° 35093 de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 13/09/2001 - page 2946

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur le projet de la direction de l'entreprise Great Lakes Chemical France (GLCF), située à Persan (Val-d'Oise), de procéder à sa fermeture. Elle lui rappelle ses différentes interventions pour s'opposer à un tel projet incompréhensible, injustifiable, fortement préjudiciable à l'emploi dans le Val-d'Oise et la ville de Persan en particulier. Elle lui rappelle qu'un premier plan social avait été mis en place et s'était soldé par la perte de 91 emplois en 1998. Des processus de fabrication, mis au point à Persan, sont délocalisés en Corée du Sud, en Chine, au mépris de l'intérêt économique et de l'emploi en France. Elle lui fait remarquer que le plan social portera un nouveau coup à l'industrie chimique française et se traduira alors par le licenciement de 133 salariés à Persan, et la menace de fermeture de l'usine de Catenoy qui emploie 92 salariés dans l'Oise. Elle lui fait remarquer qu'un plan social menace également l'entreprise Borgers France (ex-Tinon) et 80 emplois. Si ces différents projets étaient réalisés, ils feraient de Persan une ville profondément sinistrée en matière d'emplois la plus touchée pour le Val-d'Oise. Elle lui demande de lui faire connaître les mesures d'urgence qu'elle envisage pour s'opposer à ces plans et licenciements par des entreprises prospères, investissant à l'étranger, et méprisant la vie et le travail de salariés ayant assuré leur promotion, leur développement, leur richesse. Elle lui demande de lui faire connaître les mesures qu'elle envisage en faveur d'une orientation nouvelle des investissements prévus (64 millions d'euros) dans notre pays et à Persan sans attendre.



La question est caduque