Allez au contenu, Allez à la navigation

Rythme scolaire

11e législature

Question écrite n° 36139 de M. Gilbert Chabroux (Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 01/11/2001 - page 3432

M. Gilbert Chabroux attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur le rythme scolaire des enfants. En effet, le 28 mai dernier, l'inspection académique du département du Rhône demandait, en ce qui concerne le rythme hebdomadaire de l'enfant, à ce qu'au niveau de chaque école soit dressé un bilan du dispositif adopté et de procéder à une nouvelle réflexion plus globale. Dans un département où les disparités sont importantes puisque douze communes suivent le calendrier officiel, alors que vingt-neuf autres ont opté pour le transfert des cours du samedi matin au mercredi matin et que l'immense majorité des communes connaissent la semaine de quatre jours, ce bilan revêt une importance extrême. Les informations et expertises, telles que celles des chronobiologistes, pédagogues... sont peu nombreuses. Cette concertation est essentielle pour le devenir des enfants en premier lieu mais également des familles et des enseignants. Ainsi, il lui demande quelles mesures rapides d'information pourraient être prises afin que dans les conseils d'école, l'ensemble des acteurs de la communauté scolaire puissent prendre des décisions fondées sur des études et rapports mettant au centre des préoccupations l'unique intérêt de l'enfant.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 24/01/2002 - page 222

Concernant les rythmes scolaires, diverses études ont été réalisées et aucune n'apporte d'éléments décisifs en faveur d'une organisation particulière du temps de l'enfant. Toutes soulignent l'importance d'un bon équilibre des journées avec alternance et variété des activités, et prise en considération des périodes de meilleure vigilance. La réflexion sur l'organisation du temps de l'enfant doit évoluer au sein des équipes pédagogiques dans un dialogue avec les familles, les élus et les différents acteurs qui interviennent dans le temps périscolaire. L'amélioration des conditions d'apprentissage afin de contribuer à donner le goût d'apprendre, la recherche d'une qualité de vie dans l'école qui permet de réduire les tensions et la fatigue, une meilleure harmonisation des temps scolaires, périscolaires et familiaux constituent les trois objectifs essentiels à l'aménagement des rythmes de la journée et de la semaine scolaire. Le ministre souhaite favoriser la dynamique de la concertation dans un esprit de large déconcentration des initiatives, l'inspecteur d'académie étant chargé d'assurer la cohérence au niveau départemental. Il apparaît actuellement qu'il n'existe pas de modèle généralisable. La variété des besoins locaux, liés aux caractéristiques sociales et économiques de la vie des familles, conduit à considérer qu'une règle unique et uniforme en matière de calendrier n'est pas forcément pertinente.