Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de la sous-traitance électronique

11e législature

Question écrite n° 36433 de M. André Lardeux (Maine-et-Loire - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 15/11/2001 - page 3611

M. André Lardeux attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à l'industrie sur la situation du secteur de la sous-traitance électronique. Les experts internationaux prévoient un triplement du recours à la fabrication en sous-traitance des cartes électroniques d'ici à 2005. Entraînant ainsi la création de milliers d'emplois dans les pays dont la filière électronique saura satisfaire aux exigences du marché, à savoir flexibilité, réactivité et, au final, des prix toujours plus bas. Dans ce contexte de compétition internationale, la rigidité de la réglementation du travail et le poids de la fiscalité handicapent gravement les entreprises françaises de ce secteur, qui emploient globalement plus de 60 000 personnes. La succession et la brutalité des crises qui affectent aujourd'hui les secteurs des télécommunications, de l'électroménager, de l'optoélectronique mettent en évidence la difficulté qu'ont les sous-traitants intervenant sur ces secteurs à adapter leurs effectifs. Contraintes actuellement de licencier leurs collaborateurs formés par leurs soins, elles n'ont aucune garantie de pouvoir les réembaucher lorsque la reprise sera effective dans quelques mois. Cette difficulté accentuera, de la part des clients, le recours à la délocalisation. Il lui demande quelles mesures le Gouvernement envisage de prendre afin de préserver les emplois actuels de ce secteur à forte main-d'oeuvre et de rendre possible la conquête des nouveaux marchés.



La question est caduque