Allez au contenu, Allez à la navigation

Second porte-avions

11e législature

Question écrite n° 36452 de M. René Trégouët (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 15/11/2001 - page 3598

M. René Trégouët rappelle à l'attention de M. le ministre de la défense la position prise par le Président de la République à Toulon le 8 novembre dernier, en faveur du lancement, qu'il estime urgent, d'un second porte-avions pour la marine nationale. Il s'agirait de faire en sorte que la France dispose en permanence d'un groupe aéronaval à la mer. Cette position rejoint-elle les préoccupations du Gouvernement ? Est-ce envisagé aujourd'hui ?



Réponse du ministère : Défense

publiée dans le JO Sénat du 14/02/2002 - page 476

L'acquisition par l'armée française d'un second porte-avions permettrait d'assurer la permanence de la capacité maritime de projection de la France, notamment lors des périodes d'entretien programmé du porte-avions Charles-de-Gaulle ou de la survenue d'aléas techniques. Néanmoins, pour la prochaine loi de programmation, la priorité est accordée au renouvellement des frégates et des sous-marins d'attaque, éléments indispensables à la force océanique stratégique et au groupe aéronaval de la marine nationale. Dans ce contexte, l'acquisition d'un deuxième porte-avions ne peut être conçue qu'en fonction des possibilités économiques. Aussi le projet de loi de programmation militaire 2003-2008 n'envisage dans cette période que la poursuite d'études afin d'être prêt à lancer un tel programme dans les meilleures conditions et, notamment, en tirant parti des travaux liés au retour d'expérience sur le Charles-de-Gaulle. Ces études pourront être menées encoopération, en particulier avec la Grande-Bretagne.