Allez au contenu, Allez à la navigation

Maintien des personnes handicapées dépendantes à domicile ou en institutions non médicalisées

11e législature

Question écrite n° 36513 de M. Jean-François Picheral (Bouches-du-Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 15/11/2001 - page 3616

M. Jean-François Picheral attire l'attention de M. le ministre délégué à la santé sur les difficultés que rencontrent les personnes handicapées dépendantes désireuses de demeurer à leurs domicile ou hébergées dans des institutions non médicalisées. En raison de la pénurie d'infirmières, ou des problèmes de quotas et de périmètres réglementant les cabinets d'infirmiers existants, les personnes handicapées sont susceptibles de se voir privées de soins, souvent nécessaires. Outre son caractère matériel et immédiat, cette carence entraîne généralement des conséquences indirectes, souvent dramatiques : réhospitalisation, solutions de secours précaires ou dangereuses, épuisement de l'entourage. Ces situations semblent aujourd'hui se multiplier, alors que la mise en place de différentes dispositions telles que l'allocation personnalisée d'autonomie, ou les services de soins infirmiers à domicile, se réalise progressivement. Soumises à de grandes difficultés matérielles, ces personnes rencontrent de nombreux problèmes quotidiens qui ne peuvent être intégralement résolus par les DDASS (directions départementales de l'action sanitaire et sociale) ou par les municipalités. C'est pourquoi, il lui demande de lui indiquer les mesures à envisager pour répondre dès maintenant à l'attente des personnes.



La question est caduque