Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des psychomotriciens

11e législature

Question écrite n° 36700 de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 22/11/2001 - page 3687

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de M. le ministre délégué à la santé sur la situation des psychomotriciens. Elle lui rappelle que cette profession de psychomotricien a été créée en 1963, validée par un diplôme d'Etat depuis 1974 et fait partie depuis 1995 du livre IV du code de la santé publique, rattachement qui lui confère le statut d'auxiliaire de la médecine. Elle lui rappelle que les psychomotriciens aident les personnes ayant des troubles psychomoteurs à retrouver une harmonie dans leur organisation psychomotrice. Leur rôle est particulièrement important en direction de l'enfance en difficulté et dans la lutte contre l'échec scolaire. Les secteurs de la petite enfance (crèches, protection maternelle et infantile), de l'enfance handicapée, de la psychiatrie, de la neurologie, de la gériatrie (maladie d'Alzheimer) sont autant de domaines où l'intervention du psychomotricien peut s'avérer la plus pertinente dans l'évolution du patient. Les psychomotriciens contribuent à la lutte contre l'exclusion, la marginalisation, et en particulier dans les milieux défavorisés. Leur rôle se révèle important dans la vie médicale, sociale, scolaire... Afin de donner à la profession des atouts majeurs dans le système de santé aux côtés des autres professions paramédicales, elle lui demande de lui faire connaître les mesures qu'il envisage en faveur d'une extension du décret de compétences n° 88-659 du 6 mai 1988, d'un développement, en partenariat avec l'éducation nationale, d'une reconnaissance des équivalences au même titre que les autres formations universitaires, d'une nomenclature et d'un remboursement des actes de soins des psychomotriciens par la sécurité sociale.



La question est caduque