Allez au contenu, Allez à la navigation

Aide au logement des jeunes de moins de 25 ans

12e législature

Question écrite n° 04932 de M. Charles Gautier (Loire-Atlantique - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 26/12/2002 - page 3209

M. Charles Gautier attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer concernant les craintes de plusieurs associations quant à un possible changement du mode de calcul de l'allocation personnalisée au logement. Le calcul actuel de cette allocation pour le jeune est basé sur les revenus de l'année précédant sa demande. Il semble que celle-ci serait désormais calculée sur la base des revenus du mois précédant l'entrée du jeune dans le logement. Les conséquences d'une telle mesure pénaliseraient à la fois les jeunes en voie d'autonomie, et impliqueraient une défiance des propriétaires bailleurs à l'égard de ces jeunes. Par exemple, à partir d'un revenu mensuel de 500 euros, le montant des aides diminuera de façon certaine, réduisant d'autant les moyens de subsistance d'apprentis, de jeunes sous contrat de qualification, ainsi que les salariés à temps partiel. De même, un jeune étudiant exerçant un emploi saisonnier en été, désirant louer un logement à la rentrée scolaire, verrait son allocation calculée par rapport à son seul mois de travail, sans prise en compte de sa véritable situation durant l'année. C'est pourquoi il lui demande, dans l'intérêt des jeunes soucieux d'acquérir une plus grande autonomie, de lui faire connaître les intentions du Gouvernement concernant le calcul de l'allocation personnalisée au logement et plus généralement ses intentions concernant le logement des jeunes.



Réponse du Ministère de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer

publiée dans le JO Sénat du 06/02/2003 - page 452

D'une manière générale, les revenus pris en compte pour le calcul des aides au logement sont les revenus nets catégoriels perçus par les ménages pendant l'année civile de référence (n-1), c'est-à-dire l'année précédant la période de paiement qui s'étend du 1er juillet de l'année (n) au 30 juin de l'année (n+1). Cependant, pour les personnes qui exercent une activité professionnelle à l'ouverture ou au renouvellement des droits et déclarent, dans le premier cas, avoir disposé en année de référence de ressources inférieures ou égales à un seuil fixé à 812 fois le SMIC brut horaire au 31 décembre de l'année de référence - soit 5 416 EUR depuis le le 1er juillet 2002 - et, dans le second cas, n'avoir disposé d'aucune ressource imposable, les ressources retenues pour le calcul de l'aide sont évaluées forfaitairement sur la base des ressources perçues au moment de l'attribution de l'aide, affectées des abattements prévus par le code général des impôts afin de reconstituer une base annuelle pour le calcul des droits. L'évaluation forfaitaire correspond soit à 12 fois la rémunération mensuelle perçue par l'allocataire, et éventuellement son conjoint, le mois civil qui précède l'ouverture du droit, soit à 12 fois celle du mois de mai qui précède le renouvellement du droit au 1er juillet. La spécificité des aides personnelles, qui en fait leur efficacité sociale, est de varier de façon très étroite en fonction des ressources. Une grande partie des dysfonctionnements constatés dans ce système provient du fait que les ressources prises en compte ne reflètent pas les revenus réels du ménage au moment où il perçoit l'aide. Le dispositif d'évaluation forfaitaire des ressources permet de corriger ces dysfonctionnements : ainsi, à revenu identique, une personne qui commence à travailler et accède à un logement autonome percevra la même aide que celui qui a déjà ce revenu en année de référence. Le Gouvernement est cependant conscient des conséquences que peut avoir ce dispositif, notamment pour les jeunes de moins de 25 ans ayant des revenus précaires et ne disposant pas du RMI. C'est pourquoi, dans le cadre de l'actualisation 2002 des barèmes des aides personnelles, il a décidé un aménagement de cette procédure d'évaluation forfaitaire : pour les jeunes ne disposant pas d'un contrat à durée indéterminée, l'évaluation forfaitaire sera faite sur la base de 9 fois leur salaire du mois de référence, au lieu de 12 (ce qui entraîne une majoration de l'aide d'environ 80 EUR par mois, pour un jeune salarié au SMIC), et ils pourront en demander sa révision tous les 4 mois si leurs revenus baissent d'au moins 10 %. Le calcul de l'aide personnelle tiendra ainsi compte du fait que les ressources des jeunes peuvent être instables et variables au long de l'année. Les jeunes apprentis ou stagiaires en formation rémunérée en bénéficieront. Ce dispositif, qui avait été instauré en octobre 2000 puis abrogé en avril 2002, sera à nouveau mis en oeuvre au début de l'année 2003.