Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de fusion des centres d'accueil et de crise psychiatrique (CAC) des 11e et 12e arrondissements

12e législature

Question écrite n° 10867 de Mme Nicole Borvo Cohen-Seat (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 12/02/2004 - page 341

Mme Nicole Borvo attire l'attention de M. le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées sur le projet de fusion des centres d'accueil et de crise psychiatrique (CAC) des 11e et 12e arrondissements qui est à nouveau mis sur le devant de la scène à travers la fermeture programmée du CAC du 12e arrondissement. Cette fermeture sous-entend la disparition à court terme des deux CAC. Pourtant devant la mobilisation importante des patients, des personnels, des élus et des riverains, à laquelle les communistes et leurs élus ont été pleinement partie prenante, l'agence régionale d'hospitalisation (ARH) a été obligée de ne pas suivre dans l'immédiat la décision du conseil d'administration de l'hôpital d'Esquirol qui prévoyait de fusionner les centres des 11e et 12e arrondissements. L'ARH ordonne de repousser à septembre cette éventualité. D'ici là, une étude sur les complémentarités possibles des deux arrondissements doit être menée. Or, la mise en cause du CAC du 12e arrondissement revient sur cette fragile avancée. Les CAC des 11e et 12e arrondissements répondent à un besoin de santé spécifique. Les fermer serait une nouvelle fois diminuer l'offre et la qualité des soins alors que Paris souffre d'un manque criant de structures ayant trait à la santé mentale. Les acteurs s'insurgent contre la mise en cause du CAC du 12e arrondissement, réitèrent l'exigence auprès de l'Etat pour que les moyens soient dégagés pour développer les deux centres et exigent que l'ARH maintienne son engagement pris devant les élus, les personnels et leurs représentants. Si la décision de fermeture était maintenue, cela serait un mauvais coup de plus porté aux hommes et aux femmes en souffrance psychique. Par conséquent, elle lui demande ce qu'il compte faire pour revenir sur cette décision, débloquer les moyens nécessaires au maintien et au développement des deux centres et respecter les engagements pris devant les élus, les personnels et leurs représentants.

Transmise au Ministère de la santé et des solidarités



La question est caduque