Allez au contenu, Allez à la navigation

Convocation du Comité national de la coordination gérontologique

12e législature

Question écrite n° 11081 de Mme Claire-Lise Campion (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 26/02/2004 - page 444

Mme Claire-Lise Campion attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat aux personnes âgées sur la création du Comité national de la coordination gérontologique, institué par le décret du 20 novembre 2001 et qui, à ce jour, n'a toujours pas été convoqué. Pourtant, à l'heure où de multiples réformes fondamentales sont en cours, concernant directement les personnes âgées (projet de loi sur la perte d'autonomie, projet de loi sur les responsabilités locales, réforme de l'assurance maladie), il serait urgent de connaître l'avis de ce dernier. De la même manière, il serait intéressant que le comité auditionne MM. Briet et Jamet, chargés d'un rapport en vue de la préparation d'une loi d'orientation sur les personnes âgées. Elle s'étonne que le Gouvernement qui affirme accorder une large part à la concertation dans ses projets de réformes, occulte l'existence d'un tel comité. C'est pourquoi elle lui demande de bien vouloir lui indiquer ses intentions en la matière.



Réponse du Secrétariat d'Etat aux personnes âgées

publiée dans le JO Sénat du 13/01/2005 - page 120

L'honorable parlementaire attire l'attention du secrétaire d'Etat aux personnes âgées sur le Comité national de la coordination gérontologique, institué par le décret du 20 novembre 2001 en application de la loi du 20 juillet 2001. Il convient de rappeler au préalable que ses attributions sont limitées à l'examen des conventions passées entre les caisses de retraite et les départements dans le cadre de l'allocation personnalisée d'autonomie ainsi qu'à l'exercice, le cas échéant, d'une fonction de médiation sur ces sujets. Si le Comité n'a pas été réuni formellement, c'est en raison de la portée limitée de ses attributions, sachant que l'ensemble des organismes qui le composent sont consultés à travers. 1. Soit des structures plus ciblées favorisant mieux le dialogue ; ainsi : le comité de suivi de la réforme de la tarification, composé de l'ensemble des fédérations de gestion d'établissements (FHF, UNIOPSS, FEHAP, SYNERPA, FNACPPA, SNCH, SYNCASS), de syndicats et d'associations de directeurs (ADEHPA, FNADEPA), est réuni régulièrement pour examiner l'évolution de la politique de médicalisation des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (la dernière consultation en date a été effectuée le 25 novembre 2004) ; le Comité national de vigilance contre la maltraitance réunit une partie des acteurs précités, auxquels s'ajoutent l'UNASSAD, l'ADMR, la FEPEM et des experts ; l'instance prospective Alzheimer s'attache avec d'autres intervenants, mais aussi une partie des partenaires habituels du secrétariat d'Etat, à analyser et promouvoir les divers types de prise en charge liées à cette pathologie ; le Comité national des retraités et personnes âgées (CNRPA) est consulté sur l'ensemble des questions se rapportant au champ de compétence du secrétariat d'Etat (il s'est par exemple plus particulièrement mobilisé sur les suites à donner et les propositions à formuler après la canicule de l'été 2003. 2. Soit des consultations écrites sur l'ensemble des textes relevant de la gérontologie, par exemple, pour ne citer que certains d'entre eux : le décret budgétaire et comptable du 27 octobre 2003 ; le décret sur les petites unités de vie ; le décret sur les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) de juin 2004 ; le décret sur les intervenants libéraux et médecins-coordonnateurs. 3. Soit des consultations sous forme de groupes de travail, comme ce fut le cas en septembre 2003 après la canicule. Ce faisant, le Comité national de coordination gérontologique étant prévu par les textes, il est envisagé de le réunir en 2005 et d'examiner avec ses membres les conditions d'un partenariat dans un esprit de concertation productive, simple et efficace.