Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la recherche

12e législature

Question orale avec débat n° 0025A de M. René Trégouët (Rhône - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 02/03/2004 - page 1907

M. René Trégouët appelle l'attention de Mme la ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies sur le malaise actuellement perceptible dans le monde de la recherche publique en France, dont l'expression récente a été la pétition électronique intitulée " Sauvons la recherche " qui a recueilli un très grand nombre de signatures de chercheurs. D'après les signataires de la pétition, la recherche française ferait face à une paupérisation administrative des laboratoires publics (manque de personnel administratif qualifié pour épauler les chercheurs), à une insécurité sociale des jeunes chercheurs (un avenir bouché du fait notamment d'une pénurie de postes) et à une recherche fondamentale maltraitée (niveau d'investissement trop faible comparé aux Etats-Unis et à certains de nos partenaires). Or la volonté de réformer du Gouvernement est réelle : il a clairement annoncé vouloir passer d'une logique de financement de structures (90 % des moyens budgétaires du ministère étaient jusqu'à présent distribués à des organismes autonomes) à une logique de financement sur projets. Il a annoncé un train de mesures le 27 février dernier, parmi lesquelles 294 millions d'euros de crédits dégelés, la création de 120 postes statutaires supplémentaires de chercheurs et la mise en place du comité national pour l'avenir de la recherche. Le Gouvernement fait preuve d'un vrai courage politique en la matière quand on sait toute la difficulté à réformer dans notre pays : partant du constat de la crise des vocations actuelles pour la filière scientifique, aussi bien du côté des enseignants que des élèves, qui a comme corollaire un phénomène de " fuite des cerveaux " vers les Etats-Unis, le Gouvernement a entrepris des réformes de structures. Il y a en effet urgence en la matière. Le commissaire européen en charge de la recherche a récemment rappelé que si l'Europe veut faire armes égales avec les Etats-Unis d'ici à 2010 plusieurs centaines de milliers de postes de chercheurs se devaient d'être pourvus. C'est pourquoi il demande à Mme la ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, après l'annonce d'un premier train de mesures destiné à répondre aux attentes de la communauté scientifique, de bien vouloir nous rappeler les objectifs et la méthode du Gouvernement pour réussir pleinement la nécessaire réforme des structures de la recherche française.



La question est caduque