Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme du corps et de la carrière des officiers de la police nationale

12e législature

Question écrite n° 11267 de M. Jacques Peyrat (Alpes-Maritimes - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 11/03/2004 - page 575

M. Jacques Peyrat souhaite relayer auprès de M. le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales l'inquiétude du corps des officiers de la police nationale face à la situation de blocage dans le repositionnement du corps de commandement et d'encadrement vers un nouveau statut en équivalence à la catégorie A de type technique de la fonction publique. En effet, les officiers de la police nationale s'inquiètent des perspectives d'avenir de leur profession et souhaitent que la réforme des corps et carrières puisse aboutir le plus rapidement possible afin de prendre en considération les nouvelles contraintes et responsabilités qui leur sont imposées et les résultats obtenus dans la lutte contre l'insécurité. Aussi, il le remercie de bien vouloir lui indiquer l'état d'avancement de cette réforme.



Réponse du Ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

publiée dans le JO Sénat du 27/05/2004 - page 1134

Le passage du corps de commandement et d'encadrement à un corps de cadres chargés de véritables missions de commandement opérationnel et de fonctions techniques spécialisées est l'un des principaux objectifs de la réforme actuellement en cours de discussions interministérielles et qui, après arbitrages définitifs, sera présentée à l'ensemble des organisations syndicales. Cette réforme forme un tout cohérent incluant principalement : le repositionnement des différents corps, avec, à chaque niveau, la pleine reconnaissance des compétences et des responsabilités qui vont de pair ; la déflation du corps des commissaires et, surtout, du corps des officiers, afin d'attribuer à chacun de leurs membres des responsabilités accrues ; des avancées indiciaires significatives ; la modernisation des procédures de gestion ; une politique de motivation des personnels prenant mieux en compte les qualifications, sur la base de nouvelles méthodes d'évaluation et de notation, facilitant la promotion d'un corps à l'autre et reconnaissant mieux les mérites tant individuels que collectifs. Il convient également de rappeler qu'une mesure de revalorisation indiciaire a été obtenue en faveur du corps des officiers de police, dès la loi de finances initiale 2004, à la suite des propositions d'évolution à moyen terme présentées au Premier ministre, dans la perspective d'un recrutement au niveau bac + 3. La poursuite de cet objectif de revalorisation a été conditionnée, dans un cadre interministériel, à la constitution d'un groupe de travail dont le mandat est d'établir les correspondances hiérarchiques et fonctionnelles entre police et gendarmerie. Cette étude a été menée conjointement par la direction générale de la police nationale, la direction de la fonction militaire et du personnel civil et la direction générale de la gendarmerie nationale.