Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de l'éducation musicale en France

12e législature

Question écrite n° 11725 de M. Jean-Marie Vanlerenberghe (Pas-de-Calais - UC)

publiée dans le JO Sénat du 15/04/2004 - page 875

M. Jean-Marie Vanlerenberghe attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation de l'éducation musicale. En effet, la place et les particularités de l'éducation musicale semblent être remises en cause dans la circulaire du Bulletin officiel du 5 février 2004 qui confirme la mise en place de projets axés sur le développement de champs artistiques autour d'autres disciplines. Le principe d'obligation de l'enseignement musical disparaîtrait au profit de projets qui, on peut le craindre, auraient bien du mal à être mis en oeuvre partout dans leur diversité, notamment dans des régions éloignées des grands centres. De plus, des dispositions nationales réduisent de 40 % le nombre de postes ouverts au concours du CAPES d'éducation musicale, et 28 % pour le concours de l'agrégation, et suppriment de nombreux postes. Il lui est demandé quel avenir il entend donner à l'éducation musicale en France.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 29/07/2004 - page 1725

Le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche est très attaché à l'éducation musicale, enseignement constitutif du parcours scolaire commun des élèves à l'école primaire et au collège. La circulaire n° 2003-173 du 22 octobre prévoit une diversification des enseignements artistiques en classe de troisième, dans le souci de favoriser une continuité avec le lycée, puisque seules deux de ces disciplines (éducation musicale et arts plastiques) sont enseignées au collège. Ce projet de diversification devait être mis en place à titre expérimental, il était prévu d'en faire le bilan avant de décider de sa généralisation. Toutefois, au vu des réactions suscitées par la diffusion du protocole de cette expérimentation - notamment de la part des enseignants d'éducation musicale et de leurs organisations représentatives -, il est apparu que les conditions nécessaires à son bon déroulement n'étaient pas réunies. En conséquence, la décision a été prise de suspendre ce projet d'expérimentation. Une réflexion approfondie sera poursuivie sur l'articulation de ce qui appartient, pour les enseignements artistiques, à la culture commune et à la diversification des parcours. Cette réflexion se déroulera en lien avec les conclusions du débat sur l'avenir de l'école conduit sous la responsabilité de Claude Thélot ; elle pourra enrichir les nouvelles orientations pour l'école qui pourraient être décidées à la suite de ce processus.