Allez au contenu, Allez à la navigation

Promotion d'un modèle d'éducation permettant aux jeunes de maîtriser deux langues étrangères européennes

12e législature

Question écrite n° 12054 de M. Serge Mathieu (Rhône - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 13/05/2004 - page 1007

M. Serge Mathieu appelle l'attention de Mme la ministre déléguée aux affaires européennes sur la décision prise, le 22 janvier 2003, dans le cadre du 40e anniversaire du traité de l'Elysée, en ces termes " la diversité des langues est une richesse pour l'Union et leur apprentissage ne peut être qu'une source d'épanouissement et un atout pour les jeunes générations. Nous souhaitons mener une action déterminée pour l'enseignement de la langue du pays partenaire et, plus généralement, nous entendons promouvoir ensemble un modèle d'éducation qui permette aux jeunes d'acquérir la maîtrise de deux langues étrangères européennes ". Cette décision ayant conservé toute son actualité, il lui demande le bilan et les pespectives de l'action ministérielle depuis le 22 janvier 2003.



Réponse du Ministère délégué aux affaires européennes

publiée dans le JO Sénat du 22/07/2004 - page 1632

L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention de la ministre déléguée aux affaires européennes sur la décision prise le 22 janvier dans le cadre du 40e anniversaire du traité de l'Elysée sur la diversité des langues. Les responsables politiques français et allemands ont fait de l'apprentissage de la langue du partenaire l'une des priorités de la coopération bilatérale. Lors du conseil des ministres franco-allemand du 13 mai 2004, le président de la République et le chancelier ont demandé à leurs ministres compétents d'en faire un point prioritaire pour le conseil des ministres prévu à l'automne, afin de réduire cette " seule barrière entre la France et l'Allemagne ". C'est pourquoi les deux ministres délégués aux affaires européennes et secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande, en liaison avec le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche ainsi que le plénipotentiaire pour les affaires culturelles franco-allemandes, examinent actuellement comment relancer l'apprentissage de l'allemand et du français et réfléchissent aux initiatives susceptibles de sensibiliser les opinions publiques à l'intérêt de mieux connaître la langue et la culture du partenaire. Enfin, il est à noter que la Journée franco-allemande du 22 janvier sera consacrée en 2005 à l'atout que constitue la connaissance de la langue du partenaire pour la carrière professionnelle. Par ailleurs, je vous rappelle que des initiatives importantes ont déjà été prises en direction de la société civile, afin de renforcer l'apprentissage de la langue. Parmi les missions fondamentales de l'office franco-allemand pour la jeunesse devraient désormais figurer l'enseignement et l'incitation à l'apprentissage de la langue du partenaire. L'office a, d'ores et déjà, permis en 2003 la réalisation de 2 700 échanges scolaires, auxquels ont participé près de 59 000 élèves, et organisé, par ailleurs, plusieurs programmes en direction des enseignants. Dans le cadre des programmes " Voltaire " et " Sauzay ", des élèves de seconde et de 4e peuvent effectuer un séjour de plusieurs mois dans la famille de leur correspondant. L'OFAJ s'est également investi dans la formation linguistique à travers notamment la valorisation de la méthode Tandem (programme d'apprentissage intensif de la langue du partenaire utilisée dans le secteur associatif, éducatif ou administratif), l'organisation d'animations linguistiques, la formation d'animateurs-interprètes et la production de glossaires destinés à faciliter la communication lors des rencontres franco-allemandes de jeunes. Les nouvelles priorités de l'OFAJ vont contribuer à renforcer cette dimension. D'autre part, la relance de la coopération décentralisée entre régions et Bundesländer porte en particulier sur l'apprentissage de la langue. Il est à noter également que des actions novatrices ont été développées, comme celles de France-mobiles et Deutschmobiles, initiative dont l'efficacité pour la promotion de l'apprentissage de la langue du partenaire, dans le milieu scolaire, a été récompensée par le prix De Gaulle-Adenauer 2004.