Allez au contenu, Allez à la navigation

Transport exceptionnel

12e législature

Question écrite n° 13133 de Mme Gisèle Printz (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 15/07/2004 - page 1551

Mme Gisèle Printz appelle l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer sur la situation critique d'un secteur économique traditionnellement porteur d'emplois et de croissance : le transport exceptionnel. En effet, le changement de réglementation, intervenu à la suite de l'entrée en vigueur de l'arrêté du 26 novembre 2003, et qui prévoit notamment un renforcement des obligations administratives, a engendré un blocage complet de l'activité des entreprises du transport exceptionnel. La survie de ces dernières est donc remise en cause, de même que celle des milliers d'emplois qu'elle occupe. Par ailleurs, ce blocage a un impact économique fort sur les activités de chantier en cours qui ont besoin du transport exceptionnel, notamment le BTP et dérivés. Aujourd'hui, les représentants des professionnels du transport exceptionnel tirent la sonnette d'alarme, c'est pourquoi, elle lui demande s'il entend prendre des mesures d'assouplissement et d'accompagnement envers ce secteur porteur d'emplois et de valeur ajoutée.



Réponse du Ministère de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer

publiée dans le JO Sénat du 18/11/2004 - page 2635

Les transports exceptionnels de marchandises, d'engins ou de véhicules constituent, en France, un enjeu important pour l'activité économique. Pour autant, ils doivent s'effectuer dans le respect de la sécurité de tous les usagers, ainsi que du patrimoine routier de l'Etat et des collectivités locales. Pour ces raisons, le code de la route a prévu qu'ils devaient faire l'objet d'une réglementation particulière conciliant les différents intérêts en jeu. Tel est l'objet de l'arrêté interministériel du 26 novembre 2003 venant se substituer à une simple circulaire de 1975 devenue obsolète. L'élaboration de ce texte a commencé en 2000 en associant tous les professionnels concernés. Toutefois, les réactions à la publication de ce texte semblent montrer que la concertation au sein même de la profession n'a pas été suffisamment large pour apprécier toutes les conséquences des nouvelles dispositions. Aussi la direction de la sécurité et de la circulation routières a-t-elle pris, dès le mois de juin 2004, l'initiative de rencontrer les fédérations professionnelles concernées. Une instruction pour l'application particulière de l'arrêté a été adressée fin juin aux services déconcentrés du ministère de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer, afin de ne paralyser aucune activité. Un groupe de travail a par ailleurs été constitué avec les fédérations représentatives des professionnels concernés, afin de procéder aux éventuelles modifications qui s'imposeraient pour concilier les besoins légitimes de l'activité économique et les nécessités tout aussi légitimes, de la sécurité routière et de la préservation des routes et ouvrages d'art des collectivités publiques. L'arrêté concluant ce travail pourrait être signé début 2005. En outre, la direction de la sécurité et de la circulation routières a bien donné des instructions aux directions départementales de l'équipement pour que les demandes de transports exceptionnels, déposées antérieurement au 21 mai 2004, soient traitées sur les bases de la réglementation applicable à cette date.