Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation du lycée autogéré de Paris

12e législature

Question écrite n° 13669 de Mme Nicole Borvo (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 16/09/2004 - page 2093

Mme Nicole Borvo attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation du lycée autogéré de Paris. Un incident accidentel survenu le 6 avril dernier a entraîné la destruction de l'armoire électrique et de la cafétaria. La DPCU a fait effectuer les travaux de remise en état de l'électricité et de l'alarme ainsi que le nettoyage au mois de mai. Les locaux ont pu être réintégrés, mais sans les 82 mètres carrés de la cafétéria, ce que la communauté scolaire avait provisoirement accepté. Force est de constater qu'il n'existe aucun échéancier précis pour les travaux de remise en état de la cafétéria. Or cette dernière permet non seulement aux élèves de se nourrir mais est aussi le seul lieu d'accueil pour les élèves et les professeurs. Ce manque de locaux se fait d'autant plus sentir que les élèves disposent de seulement 5 mètres carrés par personne contre au moins 14 mètres carrés sur Paris ! La situation actuelle est donc préjudiciable pour la mise en oeuvre du projet pédagogique. Elle entraîne une aggravation des conditions de travail des élèves et des enseignants. Pour toutes ces raisons, elle lui demande ce qu'il compte faire en vue des travaux nécessaires au bon fonctionnement de cet établissement.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 02/12/2004 - page 2753

Malgré la situation difficile du lycée autogéré de Paris consécutive à la destruction de la cafétéria par un incendie, dans un contexte budgétaire contraint, la mise en place en 2004 des crédits nécessaires au financement de la réfection et du réaménagement de ce local s'est avéré impossible. Cependant, l'accueil des élèves a été pris en compte comme une priorité et il a été procédé à une délégation de crédits devant permettre la mise en place avant la fin de l'année 2004 d'un bâtiment démontable destiné à remplacer provisoirement la cafétéria en attendant d'étudier dans la programmation 2005 la remise en état du local incendié dans des conditions satisfaisantes.