Allez au contenu, Allez à la navigation

Incidences du prix des carburants sur l'agriculture

12e législature

Question écrite n° 14111 de M. Jean Bizet (Manche - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 14/10/2004 - page 2309

M. Jean Bizet attire l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur les incidences des hausses importantes et régulières du prix du fioul agricole sur l'activité des entreprises de travaux agricoles et ruraux. Ces entreprises sont de fortes consommatrices de fioul, puisqu'à titre d'exemple une ensileuse peut consommer jusqu'à 1 000 litres de carburant par jour, et s'exposent donc à de graves difficultés économiques, la répercussion des prix ne pouvant se faire sur une clientèle déjà confrontée à des crises agricoles à répétition. Par conséquent, il souhaite connaître les mesures que le Gouvernement envisage de prendre, notamment en ce qui concerne l'allègement de la fiscalité sur les carburants pour cette profession.



Réponse du Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie

publiée dans le JO Sénat du 20/01/2005 - page 167

Le Gouvernement, conscient des difficultés engendrées par l'augmentation du prix du pétrole sur les charges des exploitations des jeunes agriculteurs, a décidé d'un remboursement de la taxe intérieure sur les produits pétroliers pour l'ensemble des exploitants entre le 1er juillet et le 31 décembre 2004. Cette mesure d'urgence en faveur de ce secteur ne doit pas occulter le fait qu'il est nécessaire dorénavant de mieux prendre en compte un baril qui risque de devenir structurellement onéreux avec des variations sans doute de plus en plus marquées. C'est pour cette raison que le monde agricole doit, à moyen terme, pouvoir être armé pour réagir avec anticipation aux aléas de ce type. Le Gouvernement a mis en place en 2002 un dispositif fiscal de déduction pour aléa qui permet aux exploitations de se constituer une épargne de précaution en totale franchise d'impôt. Cette mesure vise à améliorer l'autonomie financière des exploitations en leur permettant de mieux amortir les chocs inhérents à l'activité agricole. Il a été décidé d'introduire la variation du prix de l'énergie dans les aléas qui permettent l'utilisation de cette épargne de précaution. Pour les activités qui utilisent le gaz naturel et le fioul lourd dans leurs exploitations (serristes, horticulteurs...), des mesures spécifiques sur la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel et sur la taxation du fioul lourd ont été adoptées dans le cadre du projet de loi de finances rectificative, afin de permettre à ces exploitations de supporter cette charge d'exploitation supplémentaire. Par ailleurs, il est capital de relancer l'effort national en faveur des biocarburants annoncé par le Premier ministre. En contrepartie de la poursuite de la diminution du prix de revient de ces biocarburants, des mesures sur les volumes agréés ont été adoptées pour accompagner le plan biocarburants du Gouvernement dans la loi de finances pour 2005.