Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des éditions universitaires françaises

12e législature

Question écrite n° 14236 de M. Jean-Pierre Sueur (Loiret - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 21/10/2004 - page 2372

M. Jean-Pierre Sueur appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation des éditions universitaires françaises. De nombreuses universités ont créé des presses universitaires qui publient des travaux universitaires. Or ces presses universitaires se heurtent, dans de nombreux cas, aux problèmes posés par la diffusion et la distribution des ouvrages publiés. Au total, la grande dispersion de cette activité éditoriale a pour conséquence une efficacité souvent insuffisante dans ces domaines de la diffusion et de la distribution. Il lui demande quelles dispositions il a prises ou compte prendre pour favoriser une coopération des presses universitaires françaises dans ces domaines, afin que les publications universitaires soient mieux connues et plus accessibles en France et à l'étranger.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 17/02/2005 - page 477

L'appellation de " presses d'université " recouvre des réalités très disparates, en termes de statuts, de moyens ou de niveaux d'activité. Si certaines d'entre elles ont acquis une légitimité scientifique indiscutable et une bonne visibilité, d'autres, plus nombreuses, souffrent de plusieurs handicaps qui tiennent en particulier à une trop grande dispersion et à la fragilité de leur diffusion et de leur distribution. Afin de prendre la mesure exacte de l'activité éditoriale des établissements d'enseignement supérieur et des difficultés rencontrées, le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche lancera en 2005 une enquête portant sur l'organisation des presses d'université, les moyens mobilisés et leur politique éditoriale et commerciale. D'ores et déjà, au travers des contrats quadriennaux de développement conclus avec les universités, l'Etat s'attache à encourager, dans le cadre du développement des politiques de sites, la création de services d'édition au niveau académique ou interacadémique. Il entend également favoriser la définition de politiques éditoriales rigoureuses avec la constitution d'instances d'évaluation (comités de lecture) exigeantes ainsi qu'une meilleure diffusion/distribution par le recours à des acteurs du secteur au professionnalisme éprouvé.