Allez au contenu, Allez à la navigation

Manque de postes d'enseignants dans les établissements d'enseignement privé

12e législature

Question écrite n° 15415 de M. Pierre André (Aisne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 06/01/2005 - page 9

M. Pierre André attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le manque de postes d'enseignants dans les établissements d'enseignement privé. En effet, alors que le nombre d'élèves inscrits dans ces établissements est, depuis quelques années, en constante augmentation, la règle d'attribution des postes dans ce secteur de l'enseignement ne connaît aucune évolution. Lors de la discussion du budget de son ministère pour 2005, le ministre reconnaissait volontiers, devant le Sénat, que cette règle non écrite et toute " mécanique " selon laquelle l'enseignement privé reçoit 20 % des postes à distribuer ne pouvait être une règle très juste et qu'elle était actuellement défavorable au secteur privé, compte tenu de l'augmentation de ses effectifs. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui faire savoir s'il entend mettre en oeuvre une réforme du mode de répartition des postes qui suivrait le principe de proportionnalité, de sorte que le nombre de postes attribués à l'enseignement privé et à l'enseignement public serait fonction du nombre d'élèves qui y sont respectivement inscrits.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 24/03/2005 - page 846

En application du principe de parité fixé par l'article L. 442-14 du code de l'éducation, les mesures budgétaires mises en place dans l'enseignement privé résultent de celles intervenues dans l'enseignement public. En effet, le montant des crédits affectés à la rémunération des personnels enseignants des classes sous contrat, au titre de leurs tâches d'enseignement, est déterminé chaque année par la loi de finances. Ce montant est fixé en fonction des effectifs d'élèves accueillis et des types de formation dispensés dans les établissements d'enseignement publics et dans les classes sous contrat des établissements d'enseignement privés. Tout nouveau contrat ne peut être conclu que dans la limite des crédits inscrits en loi de finances. Le caractère limitatif des crédits affectés à la rémunération des enseignants des établissements d'enseignement privés tend à concilier l'aide apportée par l'Etat à ces établissements avec les nécessités de l'équilibre économique et financier, tel qu'il a été défini par la loi de finances. En outre, en application du principe de la liberté de l'enseignement, les établissements privés se créent librement et s'implantent où ils le souhaitent, l'autorité publique ne pouvant que décider de donner suite à la demande de mise sous contrat après vérification de l'existence d'un besoin scolaire reconnu et de moyens budgétaires disponibles. En tout état de cause la mise en oeuvre du principe de parité n'implique pas une identité des méthodes de gestion entre les deux ordres d'enseignement. Dans l'enseignement privé, la répartition des moyens s'effectue au niveau national sur la base de critères appliqués de manière identique à l'ensemble des académies. Les recteurs opèrent la répartition de ces moyens entre les établissements d'enseignement privés des différents niveaux d'enseignement (primaire, collège, lycée) après prise en compte des besoins pédagogiques et concertation avec les principaux réseaux d'enseignement privés. Pour la rentrée scolaire 2004, les moyens globaux en emplois d'enseignants ayant été maintenus au même niveau par rapport à 2003 pour l'enseignement privé, le ministère a préparé la rentrée scolaire 2004 sur la base des contrats existant, par redéploiements entre les académies, opérés au regard de la situation de l'enseignement privé dans chacune d'elles. Pour la rentrée 2005, les redéploiements ont été marqués par le souci d'accompagner l'évolution de la démographie scolaire et de prendre en compte la situation des académies excédentaires et déficitaires au regard des taux d'encadrement, en particulier le ratio heures devant élèves.