Allez au contenu, Allez à la navigation

Renforcement de la présence du français dans le domaine scientifique

12 ème législature

Question écrite n° 15592 de M. Alain Fouché (Vienne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 20/01/2005 - page 147

M. Alain Fouché attire l'attention de M. le ministre délégué à la recherche sur la nécessité de renforcer la présence du français dans le domaine scientifique. En effet, langue usuelle dans les sciences expérimentales, l'anglais tend à devenir le moyen de communication quasi obligatoire dans les sciences humaines. Ainsi, de nombreux chercheurs estiment-ils devoir, pour être lus, publier leurs écrits dans des revues anglo-saxonnes. Cette situation résulte tout d'abord de la richesse des banques de données bibliographiques américaines et anglaises provenant d'institutions comme la NASA, l'université de Harvard, l'American National Science Foundation ou l'Astronomical Society, qui n'ont pas de rivales. Il en découle que, depuis maintenant plusieurs années, la production d'informations scientifiques et techniques par les chercheurs français se fait presque exclusivement en anglais. Il en est résulté un système biaisé d'évaluation des résultats des travaux de la recherche : le Citation Index, représentatif du nombre de citations des travaux réalisés par un même auteur dans un certain nombre de revues (presque toutes de langue anglaise), présélectionnées et désignées comme étant les meilleures, est aujourd'hui utilisé même par les instituts publics français pour évaluer leurs agents et leurs travaux, disqualifiant a priori les travaux publiés en français. Dans ces conditions, l'instauration d'un système alternatif au Citation Index européen, voire partagé avec les Russes, pourrait, s'il était reconnu par les Etats-Unis, constituer un puissant vecteur d'incitation à la publication des travaux dans une autre langue que l'anglais. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui préciser l'état de ses réflexions et ses intentions sur ce sujet.



Réponse du Ministère délégué à la recherche

publiée dans le JO Sénat du 17/03/2005 - page 777

Le Gouvernement est bien conscient de la nécessité de renforcer la place du français dans les publications scientifiques de premier plan au niveau international. La Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) du ministère de la culture et de la communication a entrepris depuis plusieurs années des actions diverses (dont des aides conséquentes à la traduction) pour maintenir et consolider la présence du français dans le domaine scientifique. Dans le secteur des sciences humaines et sociales, la situation reste assez satisfaisante. Il existe, certes, depuis longtemps, un « Index de citations pour les sciences sociales » (Social Sciences Citation Index) et un « Index de citations pour les humanités et les arts » (Arts and Humanities Citation Index), compilés tous les deux par l'Institut d'information scientifique de Philadelphie, mais leurs performances globales sont encore insuffisantes, au point que les institutions américaines elles-mêmes les utilisent avec parcimonie et avec suspicion. Cet état de fait a conduit la France à proposer en 1999 à la Fondation européenne de la science de constituer un index de citations européen dans le domaine des humanités. Ce projet a été immédiatement accepté et le chantier avance dans de bonnes conditions. Il va de soi que la constitution de cet outil de référence, puisqu'il est européen, accordera une place importante aux autres langues que l'anglais, et notamment au français, à l'allemand, à l'espagnol et à l'italien.