Allez au contenu, Allez à la navigation

Institut du Caire

12e législature

Question écrite n° 15894 de M. Gérard Delfau (Hérault - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 10/02/2005 - page 361

M. Gérard Delfau attire l'attention de M. le ministre délégué à la recherche sur l'émotion que suscite la non-reconduction du directeur de l'Institut du Caire. La communauté scientifique ne comprend pas cette décision : 250 chercheurs l'interpellent et, professeur au Collège de France et l'un des plus éminents égyptologues, n'hésite pas à parler d'une administration politisée en dénonçant le choix fait par ses services. Il s'agit d'une affaire grave pour le renom de la France et pour notre Languedoc-Roussillon qui, depuis l'oeuvre considérable de François Daumas, a toujours été en tête des centres de recherche se consacrant à l'égyptologie. Il lui demande quelle mesure il compte prendre pour dénouer cette situation.

Transmise au Ministère délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche



Réponse du Ministère délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche

publiée dans le JO Sénat du 08/06/2006 - page 1610

En décembre 2004, le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche n'a pas souhaité renouveler dans ses fonctions le directeur de l'Institut français d'archéologie orientale (IFAO) du Caire. C'est la raison pour laquelle la procédure de recrutement, estimée infructueuse, a été relancée au mois de décembre 2004. Le poste a été publié au Journal officiel le 6 février 2005. Quatre candidatures déposées ont été jugées recevables. Parallèlement, la procédure de consultation des instances compétentes a été lancée pour recueillir leurs propositions. Le Conseil national des universités, réuni le 2 mars 2005, a ainsi proposé une liste de trois noms. Le conseil scientifique et le conseil d'administration de l'IFAO se sont ensuite réunis le 31 mars 2005 au ministère chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche. Ils ont été consultés formellement, par un vote secret, sur les quatre candidatures sélectionnées et se sont prononcés sur chacune d'elles après les avoir examinées et avoir débattu des enjeux de la direction de l'IFAO. Au terme de la procédure de consultation, la candidature de Mme Laure Pantalacci a été classée en première place par le conseil d'administration et par le conseil scientifique de l'IFAO ainsi que par l'Académie des inscriptions et belles lettres. C'est ainsi que le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche a établi un rapport favorable à la nomination de Mme Pantalacci, qui a été nommée directrice de l'IFAO, par un décret du Président de la République du 30 mai 2005, et ce pour une durée de cinq ans. Sa nomination est en mesure de répondre au défi d'une ouverture internationale plus forte encore qu'elle n'a été dans les années passées. L'association de la communauté scientifique égyptienne aux actions de l'IFAO se fera de manière plus étroite.