Allez au contenu, Allez à la navigation

Décès d'un militaire français en poste au Liban

12e législature

Question écrite n° 15972 de M. Louis Souvet (Doubs - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 10/02/2005 - page 350

M. Louis Souvet salue la mémoire du commandant français tombé en service au Liban dans le cadre d'une force d'interposition internationale, mission ingrate de maintien de la paix s'il en est. Il demande à Mme la ministre de la défense si le Parlement sera informé des circonstances exactes de ce drame.



Réponse du Ministère de la défense

publiée dans le JO Sénat du 07/04/2005 - page 980

Le commandant de l'armée française qui a été tué le 9 janvier 2005, lors d'un échange de tirs entre un détachement de militaires israéliens et un élément du Hezbollah, se trouvait au Sud-Liban, dans la zone sensible des fermes de Chebaa. Cet officier était détaché auprès de l'organisme des Nations unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), composé de 153 observateurs militaires originaires de 23 pays, dont 52 officiers. L'ONUST a pour objectif d'assurer une mission de surveillance du cessez-le-feu dans cette région du Proche-Orient, à la suite de la résolution 50 du conseil de sécurité de l'organisation des Nations unies (ONU) approuvée le 29 mai 1948. Une enquête diligentée par les instances de l'ONU est actuellement en cours afin de déterminer les circonstances précises de ce drame. Le ministère de la défense n'est pas en mesure de délivrer d'information supplémentaire avant son aboutissement.