Allez au contenu, Allez à la navigation

Pérennisation du programme " coup de pouce club de lecture et d'écriture "

12e législature

Question écrite n° 15981 de M. Bernard Piras (Drôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/02/2005 - page 354

M. Bernard Piras attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la pérennisation du programme " coup de pouce club de lecture et d'écriture ". Ce dispositif permet à des enfants, qui ne reçoivent pas chez eux un soutien nécessaire pour réussir l'apprentissage de la lecture, d'être pris en charge par des clubs encadrés d'animateurs, enseignants ou intervenants municipaux, les parents partenaires de l'action bénéficiant également d'un suivi personnalisé. Ces clubs connaissent un important succès lié aux excellents résultats obtenus. Le financement de cette mesure est assuré à la fois par un mécénat éducatif diversifié (personnes physiques, fondations, associations, entreprises) et par l'Etat. En ce qui concerne le financement de l'Etat, il s'avère indispensable que celui-ci soit pérennisé. Il lui demande de lui indiquer les décisions qu'il entend prendre pour garantir cette pérennisation.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 14/04/2005 - page 1076

Le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche est particulièrement attentif aux programmes qui permettent un soutien pour réussir l'apprentissage de la lecture auprès des enfants qui ne reçoivent pas chez eux une aide suffisante. Les clubs « coup de pouce club de lecture et d'écriture » sont des outils de prévention de l'illettrisme par le biais d'actions d'accompagnement en lecture pour les élèves de CP et leurs parents. Ce dispositif est piloté par l'association pour favoriser une école efficace (APFEE) financée par les municipalités et monté en collaboration avec les écoles. Ce dispositif associe des animateurs (qui prennent en charge les enfants et qui peuvent être des enseignants volontaires) rémunérés par les municipalités et des ingénieurs qui démarchent écoles et municipalités, qui installent le dispositif localement et procèdent aux vérifications et contrôles d'efficacité. L'association a obtenu, en 2004, 130 000 euros et la mise à disposition de 4 personnes (postes du premier degré), ainsi qu'une subvention du fonds d'action de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations, ainsi que celle de la délégation à la ville. Elle a bénéficié par ailleurs d'un partenariat financier avec la FNAC grâce à l'appui du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Les moyens engagés tant par l'Etat que par les communes sont importants. L'association pourrait d'autre part s'associer aux dispositifs existants tel que les contrats éducatifs locaux ou les contrats de réussite dans les zones ou réseaux d'éducation prioritaire. Les demandes de subvention sont réexaminées tout au long de l'année en cours, en fonction des priorités définies par le ministre. C'est dans ce cadre que seront étudiés dans toute la mesure des dispositions budgétaires les moyens nécessaires pour la pérennisation de cette initiative.