Allez au contenu, Allez à la navigation

Développement de la recherche sur les microbicides

12e législature

Question écrite n° 16032 de M. Jean-François Voguet (Val-de-Marne - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 17/02/2005 - page 434

M. Jean-François Voguet interroge M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la politique déployée pour soutenir les recherches en cours sur les microbicides dans le cadre de la prévention du SIDA. Plus de vingt ans après le début de la pandémie du SIDA, chacun s'accorde pour noter que la transformation des rôles et des normes qui régissent les rapports entre les hommes et les femmes est essentielle, mais qu'elle n'interviendra qu'à long terme. Les microbicides semblent pouvoir devenir un moyen efficace pour réduire la transmission de l'homme vers la femme. Malheureusement, les grands laboratoires pharmaceutiques ne s'investissent pas dans cette recherche, jugée par eux, pas assez lucrative. Aussi, il lui demande qu'elles sont les mesures qu'il envisage de prendre pour le développement, en France, de cette recherche dans le cadre d'essais éthiques qui prennent en compte l'intérêt des personnes et pour soutenir cette recherche auprès des gouvernements et des organismes internationaux avec lesquels la France collabore.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 28/04/2005 - page 1208

L'ampleur de l'épidémie de SIDA a conduit les pays développés à considérer comme prioritaires les recherches dans ce domaine. Cependant, la recrudescence récente des maladies sexuellement transmissibles laisse penser à un relâchement des comportements de prévention. Dans ce contexte, l'action menée au plan français par l'Agence nationale de recherches sur le sida (ANRS) répond à des enjeux scientifiques, médicaux, sociaux et économiques majeurs. L'ANRS a, en effet, pour mission de développer des stratégies nationales de prévention et d'accès aux traitements. Ainsi, elle a lancé en 2004 un programme « microbicides » financé à hauteur de 800 000 EUR sur deux ans. Deux autres programmes de recherche, relatifs aux développements de molécules à visée microbicide contre la transmission sexuelle du VIH, sont financés par des fonds européens dans le cadre du 6e programme cadre de recherche et de développement (appel d'offres 2003). Ces programmes regroupent de nombreux partenaires académiques et industriels de pays européens, associés notamment à deux pays africains. Plusieurs équipes françaises sont impliquées. De plus, le 4e appel à projets du 6e PCRD, qui sera ouvert de juin à novembre 2005, affiche le thème des microbicides (ligne spécifique) parmi les priorités retenues. Au plan international, plusieurs essais pré-cliniques et cliniques sur les microbicides sont en cours, dont cinq essais de phase III auprès de 5 000 femmes dans des pays en voie de développement. La recherche sur les microbicides existe bien, au travers des programmes nationaux et européens actuellement en cours ou sur le point d'être lancés. On peut donc espérer des avancées dans ce domaine qui pourront faire l'objet d'une production et d'une commercialisation par l'industrie pharmaceutique.