Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement de l'histoire et de la géographie

12 ème législature

Question écrite n° 16036 de M. Philippe Goujon (Paris - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 17/02/2005 - page 434

M. Philippe Goujon appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la future place réservée à l'enseignement de l'histoire et de la géographie dans le cadre de la loi d'orientation sur l'école. Il a bien compris que ces matières sous la désignation globale de " culture humaniste et scientifique " font bien partie du socle obligatoire que chaque collégien devra maîtriser. Mais il lui demande, compte tenu de l'extrême importance de l'histoire et de la géographie, d'une part, s'il ne serait pas préférable de les nommer précisément dans le corps de l'article 6 du projet de loi et, d'autre part, si ces matières feront toujours, comme actuellement, l'objet d'une épreuve écrite obligatoire tant au brevet des collèges qu'au baccalauréat.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 05/05/2005 - page 1284

L'histoire, la géographie et l'éducation civique restent des disciplines obligatoires à l'école, au collège et au lycée. L'article 6 du projet de loi d'orientation pour l'avenir de l'école dispose que, dans les connaissances et compétences indispensables à acquérir par chaque élève à la fin de la scolarité obligatoire, figure « une culture humaniste et scientifique permettant l'exercice de la citoyenneté ». L'histoire, la géographie et l'éducation civique contribuent pleinement à la maîtrise de cette partie du socle. Ces disciplines font partie du tronc commun des disciplines obligatoires en classe de 3e. Dans le projet de brevet rénové, tous les élèves seront évalués en histoire-géographie et en éducation civique. De même au lycée, l'histoire et la géographie font partie des enseignements obligatoires du tronc commun de la classe de seconde générale et technologique et du cycle terminal de chacune des séries. Il n'a jamais été prévu de les exclure de l'examen du baccalauréat.