Allez au contenu, Allez à la navigation

Rôle des consulats dans la prévention des déplacements illicites d'enfants au sein des couples binationaux

12e législature

Question écrite n° 16048 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 17/02/2005 - page 427

Mme Joëlle Garriaud-Maylam attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur le rôle primordial des services consulaires dans la prévention des déplacements illicites d'enfants au sein des couples binationaux résidant dans les pays parties à la convention de La Haye du 25 octobre 1980. Constatant la multiplication des cas de parents qui déplacent leurs enfants le plus souvent dans un souci de protection sans avoir au préalable saisi la justice du pays de résidence, ce qui les expose à la perte de leur droit de garde et à l'obligation de retour des enfants auprès de l'autre parent, elle lui demande s'il ne serait pas opportun de développer une information systématique en direction de nos compatriotes expatriés, par exemple par la diffusion d'un dépliant informatif sur les dispositions de ladite convention. Elle lui demande par ailleurs s'il ne serait pas nécessaire de renforcer la formation des personnels consulaires à cet égard, afin qu'ils soient en mesure de mieux conseiller les familles, et de leur rappeler qu'ils ont pour mission d'aider nos compatriotes à exercer leur droit de visite dans le pays où se trouvent leurs enfants.



Réponse du Ministère des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 05/05/2005 - page 1263

Le ministère des affaires étrangères adressera prochainement aux postes diplomatiques et consulaires situés dans des Etats liés à la France par la convention de La Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants, une circulaire leur recommandant de mettre en garde les parents qui leur feraient part de leur intention de regagner la France avec leur(s) enfant(s) sans l'accord de l'autre parent ou sans décision de justice les y autorisant du risque encouru de devoir le(s) restituer à cet autre parent, au terme d'une procédure qui aurait été engagée sur le fondement de cette convention. Il leur sera demandé de faire la plus large diffusion de cette mise en garde par les moyens appropriés : affichage dans les locaux de réception du public, publication sur leur site internet. Il est rappelé à cet égard qu'une rubrique consacrée aux déplacements illicites d'enfant a été mise en ligne sur le site internet france-diplomatie, en octobre 2001. Le ministère des affaires étrangères a prévu d'introduire, dans son cycle de formation à l'usage de ses personnels amenés à exercer des fonctions consulaires à l'étranger, un volet concernant les déplacements illicites d'enfants.