Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression de postes de conseillers d'orientation-psychologues

12e législature

Question écrite n° 16167 de Mme Nicole Borvo Cohen-Seat (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 24/02/2005 - page 513

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la diminution des postes de conseillers d'orientation-psychologues. Au niveau national 49,5 postes seraient supprimés. L'académie de Paris est avec 7,5 postes celle qui perd le plus de postes. La raison avancée est celle d'une baisse annoncée par le rectorat de Paris de 271 élèves, LGT et lycées professionnels confondus. Pourtant même la prise en compte de cette baisse annoncée ne peut conduire à supprimer un seul poste puisque la charge moyenne par conseiller intervenant effectivement en établissements scolaires sur l'académie est de 1 290 élèves, légèrement supérieure à la moyenne nationale. Cette charge est bien trop élevée car, au-delà de 1 000, il devient très difficile de répondre aux demandes dans les établissements et dans les CIO. De plus à Paris sont concentrées de très nombreuses classes préparatoires aux grandes écoles, des sections de techniciens supérieurs et de formations spécifiques, prises en charge par les conseillers en raison de la demande pressante des jeunes concernés, mais non reconnus dans les calculs officiels. Les conseillers d'orientation-psychologues ne travaillent pas tous dans les CIO dits de terrain. Les autres sont affectés essentiellement dans les 4 CIO spécialisés qui assurent des missions particulières à vocation régionale et nationale, et qui ont en charge des publics spécifiques ne figurant pas dans les effectifs d'élèves pris en compte par le ministère, comme les étudiants, les personnes handicapées, les jeunes sous mesure éducative et la population carcérale, qui se comptent par milliers. Déjà l'an dernier, l'académie a été durement touchée par la suppression de 6 postes de conseillers d'orientation-psychologues et de 15 postes d'administratifs chargés de l'accueil dans les CIO, ce qui a déjà entraîné une dégradation du service public d'information et d'orientation à Paris. Ces nouvelles suppressions qui devraient atteindre la quasi-totalité des CIO et démanteler toutes les équipes vont aggraver considérablement leurs difficultés de fonctionnement. Le CIO Paris Centre particulièrement, qui a perdu un poste administratif à la rentrée 2004/2005, est menacé de la suppression d'un demi-poste ; ce qui est considérable du fait du secteur actuel d'intervention de sa petite équipe (6 conseillères d'orientation-psychologues pour plus de 8 600 collégiens, lycéens étudiants scolarisés dans les établissements publics du second degré des quatre premiers arrondissements de Paris). Les personnels s'insurgent de l'éventualité que le public parisien et notamment la population des 1er, 2e, 3e, 4e arrondissements ne bénéficierait plus du service qu'il est en droit d'attendre de la part des CIO. C'est pourquoi elle lui demande ce qu'il compte faire en vue de revenir sur les mesures de suppression à Paris comme ailleurs des postes de conseillers d'orientation-psychologues.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 31/05/2005 - page 1561

A l'occasion du vote de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école du 23 avril 2005, il a bien été rappelé que l'orientation et les formations proposées aux élèves tiennent compte de leurs aspirations, de leurs aptitudes et des perspectives professionnelles liées aux besoins prévisibles de la société, de l'économie et de l'aménagement du territoire. Dans ce cadre, les élèves élaborent leur projet d'orientation scolaire et professionnelle avec l'aide des parents, des enseignants, des personnels d'orientation et des professionnels compétents. Les administrations concernées, les collectivités territoriales, les organisations professionnelles, les entreprises et les associations y contribuent. Au collège, le projet d'établissement doit indiquer les actions prévues pour que les élèves préparent dans les meilleures conditions, avec les professeurs, les conseillers d'orientation psychologues et l'ensemble des représentants de la communauté éducative, leur poursuite d'études et leur avenir professionnel. L'éducation à l'orientation implique tous les membres de l'équipe éducative. Par ailleurs, les enseignants, les conseillers principaux d'éducation et les chefs d'établissement interviennent directement auprès des élèves lorsque leurs compétences spécifiques sont requises. Aussi, la situation des effectifs des conseillers d'orientation psychologues doit-elle être appréciée par rapport à celle de l'ensemble des membres de l'équipe éducative.