Allez au contenu, Allez à la navigation

Aide rééducative

12 ème législature

Question écrite n° 16578 de M. Jean-Marc Pastor (Tarn - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 17/03/2005 - page 736

M. Jean-Marc Pastor attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les craintes exprimées par les rééducateurs scolaires. En effet, suite aux conclusions du rapport Thélot, le projet de loi d'orientation pour l'avenir de l'école fait totalement abstraction de la spécificité de l'aide rééducative, laissant ainsi entendre que les difficultés scolaires seraient comprises comme étant pédagogiques ou comme des troubles d'ordre pathologique. Or, la prévention et le traitement de l'échec scolaire ne peuvent pas être réduits à une simple question de pédagogie ou médicale. L'aide rééducative apporte des réponses alternatives aux enfants pour lesquels le seul soutien pédagogique s'avère insuffisant et les actions des réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) créent des passerelles entre l'école et les familles et contribuent ainsi à réduire les inégalités sociales et culturelles. Aussi, pour que l'école accomplisse sa mission pédagogique auprès de tous les élèves, il faut maintenir le dispositif d'aides spécialisées. C'est pourquoi il souhaiterait connaître les dispositions qu'il entend prendre pour confirmer la spécificité des missions dévolues aux rééducateurs.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 07/07/2005 - page 1829

Les personnels intervenant dans le cadre des réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) sont des enseignants du premier degré ayant reçu une formation complémentaire qui leur permet d'occuper soit un emploi de psychologue scolaire, soit des postes spécialisés afin d'apporter une aide à dominante pédagogique ou à dominante rééducative. Ils interviennent dans les écoles maternelles et élémentaires pour assurer des missions de prévention et de remédiation auprès d'élèves dont les difficultés sont complexes et durables et n'ont pu être résolues par la seule action du maître au sein de la classe. Les RASED mobilisent plus de 14 700 postes, soit près de 70 % des postes spécialisés affectés dans l'enseignement public du premier degré ; un peu plus de 3 600 d'entre eux sont occupés par des psychologues scolaires. Leur intervention est définie dans le cadre d'une concertation organisée dans le conseil des maîtres du cycle afin d'arrêter les objectifs visés, la démarche choisie ainsi que les modalités d'évaluation. Comme il a été précisé lors des débats parlementaires sur la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école, les personnels des RASED seront appelés à concourir à la mise en oeuvre des programmes personnalisés de réussite éducative, tout en continuant à assurer des actions de prévention à l'école maternelle. La mobilisation de ces compétences et ressources humaines permettra d'accroître les possibilités de prévention et d'aides aux élèves rencontrant de graves difficultés dans leurs apprentissages scolaires, à une étape essentielle de leur scolarité.