Allez au contenu, Allez à la navigation

Effets thermiques et athermiques des antennes relais

12 ème législature

Question écrite n° 16655 de M. Bernard Dussaut (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 17/03/2005 - page 748

M. Bernard Dussaut appelle l'attention de M. le ministre des solidarités, de la santé et de la famille sur les antennes de téléphonie mobile. Les riverains de ces antennes relais demeurent très inquiets des éventuelles conséquences sanitaires des champs électromagnétiques auxquels ils sont exposés. Il lui demande de bien vouloir le tenir informé des résultats des études scientifiques les plus récentes relatives à l'innocuité de cette technologie sur la santé, notamment en ce qui concerne les effets thermiques et athermiques des antennes relais.

Transmise au Ministère de la santé et des solidarités



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 20/04/2006 - page 1156

A partir d'une certaine intensité, les champs électromagnétiques peuvent engendrer un effet thermique de type micro-ondes et ainsi provoquer des brûlures. Cet effet, qui est le seul effet sanitaire avéré, survient lors de l'exposition à des champs électromagnétiques très supérieurs aux valeurs limites d'exposition fixées par le décret n° 2002-775 du 3 mai 2002. Compte tenu des très faibles champs électromagnétiques émis par les antennes relais de téléphonie mobile, de tels effets ne sont pas observés. L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail, dans son avis de juin 2005, a conclu qu'en l'état actuel des dernières connaissances, et compte tenu des faibles niveaux d'exposition aux champs électromagnétiques autour des stations relais de téléphonie mobile, l'hypothèse d'un risque pour la santé des populations vivant à proximité de ces stations ne pouvait être retenue. En effet aucune donnée scientifique nouvelle publiée depuis son précédent rapport ne révèle un risque pour la santé lié aux rayonnements émis par les stations de base de la téléphonie mobile.