Allez au contenu, Allez à la navigation

Désertification médicale dans certaines régions

12 ème législature

Question écrite n° 16818 de M. Claude Bertaud (Vienne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 31/03/2005 - page 908

M. Claude Bertaud appelle l'attention de M. le ministre des solidarités, de la santé et de la famille sur les médecins généralistes qui sont de plus en plus nombreux à déserter nos régions. En effet, une récente étude montre que le nombre de médecins dans notre pays risque de chuter de 205 000 à 186 000 d'ici vingt ans. La densité médicale va s'abaisser d'environ 15 %, passant d'une moyenne de 330 médecins pour 100 000 habitants à 283 et rejetant la France de 2025 à celle des années 80 où pourtant elle était beaucoup moins peuplée. Les disparités entre les régions sont sur ce point criantes : si des régions comme l'Ile-de-France ou la Provence-Alpes - Côte d'Azur peuvent espérer échapper à ce phénomène, d'autres comme le Centre ou le Poitou-Charentes seront inexorablement concernées par ce phénomène. Les praticiens en fin de carrière ont de plus en plus de difficultés pour trouver un successeur et les clientèles se revendent de plus en plus difficilement. Il est clair que le vieillissement du corps médical, conjugué aux effets d'une diminution continue du numerus clausus dans les années 80, pose déjà un important souci de renouvellement, compte tenu de l'augmentation de la population. Les récentes mesures fiscales prises dans la loi sur le développement des territoires ruraux, visant à faciliter l'installation des jeunes médecins en milieu rural, vont dans le bon sens, mais seront-elles suffisantes pour répondre à ce phénomène ? Il souhaite donc savoir si le Gouvernement a pris la mesure de ce phénomène pour éviter que dans quelques années nous assistions à de véritables déserts médicaux dans certaines régions.

Transmise au Ministère de la santé et des solidarités



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.