Allez au contenu, Allez à la navigation

Place de l'éducation physique et sportive

12 ème législature

Question écrite n° 16946 de M. Michel Sergent (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/03/2005 - page 901

M. Michel Sergent attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la place réservée à l'éducation physique et sportive dans le projet de loi d'orientation pour l'avenir de l'école. Interpellé par les professionnels du monde de l'éducation sportive inquiets du sort réservé à ce type d'enseignement, il s'interroge également sur le devenir de l'éducation physique et sportive à l'école. En effet, tout le monde, jusqu'à aujourd'hui, s'accordait à reconnaître à l'EPS et au sport scolaire un rôle spécifique et irremplaçable dans le développement complet des jeunes, l'apprentissage de la citoyenneté, de la responsabilité, de la solidarité et plus généralement l'équilibre des rythmes scolaires. Il lui demande en conséquence de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il entend prendre pour conforter et valoriser la place de cet enseignement spécifique dans notre système éducatif.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 21/04/2005 - page 1142

Le projet de loi d'orientation pour l'avenir de l'école ne remet pas en cause la place de l'éducation physique et sportive dans la formation des jeunes. Il n'apporte aucune modification aux articles législatifs concernant l'éducation physique et les activités sportives. L'EPS est une discipline obligatoire à l'école et au collège, et le restera. Son rôle fondamental dans la formation, l'épanouissement des élèves et leur santé est explicitement rappelé dans le rapport annexé au projet de loi. En outre, l'éducation physique et sportive continuera de faire l'objet d'une évaluation au baccalauréat.