Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de la coopération franco-afghane, en particulier en ce qui concerne les lycées Estecqlal et Mallalaï

12e législature

Question écrite n° 17151 de M. Jacques Legendre (Nord - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 14/04/2005 - page 1027

Une longue tradition d'échanges et d'amitié existe entre l'Afghanistan et la France. Après la chute du régime des talibans, nombreux ont été les Français (y compris au Parlement) qui ont tenu à verser des dons pour aider à la réouverture des deux lycées franco-afghans de Kaboul, le lycée Estecqlal et le lycée Mallalaï. Cet élan ne doit pas retomber. M. Jacques Legendre demande à M. le ministre délégué à la coopération, au développement et à la francophonie de bien vouloir lui indiquer quels sont les objectifs et les moyens de la coopération française en Afghanistan. Il souhaite en particulier être informé de la situation actuelle des deux lycées franco-afghans, et en particulier du remplacement des deux proviseurs français (directeurs associés) qui ont demandé leur mutation à l'issue de leur séjour et qui doivent tous deux être remplacés.



Réponse du Ministère de la coopération, du développement et de la francophonie

publiée dans le JO Sénat du 30/06/2005 - page 1770

Le Centre d'enseignement français en Afghanistan (CEFA) a rouvert ses portes depuis mars 2002 aux termes d'une convention signée par l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) avec la direction générale pour la coopération internationale et du développement (DGCID). Il regroupe les deux lycées franco-afghans de Kaboul, Malalaï (filles) et Esteqlal (garçons), et comptait, pour l'année scolaire 2003-2004,7 595 élèves, tous nationaux. Le CEFA emploie une dizaine de personnels français expatriés et résidents titulaires de l'éducation nationale détachés par l'agence, chargés en particulier de la formation continue des personnels afghans de l'établissement. Durant l'année scolaire 2003-2004, l'établissement a consolidé et poursuivi son développement. Les travaux de réhabilitation et d'équipement des lycées Esteqlal et Malalaï ont été achevés. La réhabilitation du laboratoire de sciences du lycée Malalaï et le remplacement du mobilier scolaire des deux établissements se poursuivent. Une filière d'excellence avec enseignement en français des matières scientifiques a été créée. Elle accueille 650 élèves sur les 8 000 du CEFA. L'apprentissage du français à tous les niveaux d'enseignement se développe parallèlement. La convention de février 2002 arrive à son terme le 31 août 2005. Après évaluation du programme et sur la base d'une mission réalisée en novembre 2004, il a été décidé, en accord avec le poste, de poursuivre l'action engagée en s'appuyant sur les résultats acquis, de l'intégrer davantage dans l'action du poste en matière d'enseignement du français (département de français et départements scientifiques de l'université de Kaboul), et d'asseoir le financement du programme, au-delà de la consommation des crédits « aide aux sorties de crise » sur un programme « enseignement du français ». Dans cette perspective d'un projet de coopération placé sous la responsabilité du service culturel de l'ambassade, et afin de prendre en compte les contraintes budgétaires, d'une part, et la redéfinition des missions des personnels détachés, d'autre part, le nombre actuel des professeurs est maintenu (six expatriés et deux résidents). En revanche, le poste de proviseur sera fermé à compter de la prochaine rentrée scolaire. L'équipe de direction sera alors composée de deux chefs d'établissement afghans, et d'un enseignant issu de l'équipe du CEFA faisant fonction de directeur. Il sera lui-même remplacé par un nouveau professeur expatrié.