Allez au contenu, Allez à la navigation

Organisation de cursus universitaires en anglais

12 ème législature

Question écrite n° 17295 de M. Alain Fouché (Vienne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 28/04/2005 - page 1179

M. Alain Fouché attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la nécessité d'organiser des cursus universitaires en anglais pour attirer les meilleurs étudiants étrangers. En effet, l'un des facteurs d'attractivité d'un système d'enseignement supérieur réside dans sa capacité à attirer les meilleurs étudiants étrangers. D'un point de vue académique, il est difficilement compréhensible que la France continue de se priver d'excellents étudiants étrangers au motif qu'ils ne parlent pas notre langue. Il est tout aussi inconcevable qu'elle renonce durablement à l'accueil d'étudiants asiatiques qui affluent en nombre dans les universités britanniques et américaines. La création, pour ces étudiants, de cursus dispensés exclusivement en anglais, devrait favoriser la venue en France d'étudiants qui ne viendraient pas autrement. Elle pourrait aussi permettre d'attirer des professeurs étrangers. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, une telle mesure serait très favorable à la francophonie puisque, à terme, la communauté francophone s'en trouverait élargie. Il est, en effet, certain qu'un étudiant étranger qui séjourne en France apprend nécessairement le français, ne serait-ce que par commodité dans sa vie quotidienne. Naturellement, des cours intensifs de français devraient s'ajouter à son cursus en anglais, et donner lieu à terme à un examen de niveau, pourquoi pas identique à l'ensemble des pays francophones, sur le modèle du TOEFL qui existe pour l'anglais. Si des cursus en anglais existent parfois dans certaines grandes écoles, ils sont en revanche absents de l'université. Il conviendrait donc, préalablement à leur instauration, de s'assurer de la formation des enseignants pour qu'ils soient en mesure de dispenser des cours en anglais. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui préciser l'état de ses réflexions et ses intentions sur ce sujet.



La question est caduque