Allez au contenu, Allez à la navigation

Suicide et sexualité

12e législature

Question écrite n° 17345 de M. Jean-Marc Todeschini (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/04/2005 - page 1187

M. Jean-Marc Todeschini souhaite attirer l'attention de M. le ministre des solidarités, de la santé et de la famille sur le suicide des personnes lesbiennes, gaies, bi ou transsexuelles et des personnes en interrogation sur leur orientation sexuelle ou identité de genre, qui représente chaque année une part importante et plus significative des 12 000 suicides et 160 000 tentatives de suicide en France. Le rapport parlementaire sur l'isolement et le suicide adressé au Premier ministre le 15 septembre 2003 rappelait sur ce point que « les souffrances dues à la découverte de l'homosexualité semblent importantes, en particulier à cause de l'accueil réservé par la société aux personnes homosexuelles ». Ce rapport préconisait, par ailleurs, la réalisation d'une enquête nationale afin d'envisager les actions nécessaires pour remédier au suicide des jeunes, et d'aboutir à la publication d'une plaquette d'information et de sensibilisation. Malheureusement, force est de constater qu'aucune politique n'a été menée depuis ce rapport. Or, la sursuicidalité est un réel problème de santé publique, et nombreuses sont les associations qui le dénoncent. Aussi, il lui demande de lui préciser si le Gouvernement entend commander une étude sur la sursuicidalité des personnes lesbiennes, gaies, bi ou transsexuelles, et des personnes en interrogation sur leur orientation sexuelle ou identité de genre. Il souhaite également savoir si, dans le cadre d'une telle étude, il associera les associations qui accueillent chaque jour des personnes suicidaires évoluant dans un contexte homophobe.

Transmise au Ministère de la santé et des solidarités



La question est caduque