Allez au contenu, Allez à la navigation

Amélioration de la répartition dans les formations techniques

12e législature

Question écrite n° 17355 de M. Louis Souvet (Doubs - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 28/04/2005 - page 1181

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale sur les difficultés de recrutement rencontrées par certains corps de métiers. Les statistiques officielles dans ce domaine, à savoir 1,2 million de salariés virtuels, sont éloquentes, elles prônent la nécessité de mieux répartir les effectifs dans les filières techniques. Des postes pourraient être pourvus : de maçons qualifiés, d'ouvriers qualifiés des travaux publics, de cuisinières, etc. Il lui demande si une telle inadéquation va être réduite grâce prioritairement à des actions au niveau de la formation initiale, la reconversion étant moins aisée. Du même coup, un terme serait mis à des orientations initiales inopportunes tant pour les intéressés que pour la société.

Transmise au Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 29/09/2005 - page 2473

La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école dispose notamment qu'au collège un effort est fait pour que les élèves puissent mieux connaître les métiers, les débouchés et les voies de formation, notamment par des visites en lycées professionnels, en centres de formation par apprentissage (CFA) et par des rencontres avec des représentants des milieux professionnels locaux. Au collège, à partir de la rentrée 2005, la découverte des métiers fera l'objet du nouvel enseignement de découverte professionnelle, sous la forme d'une option de trois heures ou d'un module de six heures. Enfin, la décision d'orientation prise à l'issue de la classe de troisième tient compte du projet de l'élève, de ses aptitudes, des différentes offres de formation existantes ainsi que des spécificités économiques locales et des perspectives d'emploi.