Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des adjoints des cadres hospitaliers

12 ème législature

Question écrite n° 17621 de Mme Élisabeth Lamure (Rhône - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 19/05/2005 - page 1393

Mme Elisabeth Lamure attire l'attention de M. le ministre des solidarités, de la santé et de la famille sur l'importance d'assurer une meilleure reconnaissance de la fonction d'adjoint des cadres hospitaliers. Tout d'abord, les adjoints des cadres hospitaliers souhaitent que leur fonction ait pour dénomination cadres administratifs hospitaliers. Du point de vue de la rémunération, il est important de leur accorder une revalorisation réaliste et décente de la grille indiciaire (CAH 3e classe début de carrière 316 indice majoré/CAH 1re classe fin de carrière 640 indice majoré). La définition des modalités de la prime de service, la création d'une indemnité cadre administratif (ICA) à taux unique liée au grade et non à la fonction, et l'intégration des primes dans le calcul de la retraite constituent également des mesures à mettre en oeuvre. Du point de vue des concours internes et externes, il semble nécessaire que soient intégrées des épreuves plus orientées sanitaires, social, gestion, et que, à l'issue du concours, une formation de neuf mois leur soit dispensée, avec une véritable approche du métier. En conséquence, elle souhaiterait savoir quand le Gouvernement envisage d'améliorer la situation des adjoints des cadres hospitaliers.

Transmise au Ministère de la santé et des solidarités



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 15/02/2007 - page 353

De nombreuses mesures ont été décidées en faveur des cadres adjoints hospitaliers, dans le cadre du relevé de conclusions sur l'amélioration des carrières dans la fonction publique 2006-2008 du 25 janvier 2006 et dans le cadre du protocole d'accord du 19 octobre 2006 conclu entre cinq organisations syndicales de la fonction publique hospitalière (CFDT, FO, CFTC, UNSA et CFE-CGC) et le Gouvernement. La première série de mesures, qui concerne tous les agents de catégorie B des trois fonctions publiques comprend, tout d'abord, une bonification indiciaire de 400 euros par an pour les agents qui ont plafonné pendant plus de cinq ans au sommet de la grille de leur corps. Le dispositif sera reconduit pendant deux ans. A l'issue d'une période de trois, un bilan de son application sera présenté aux syndicats signataires qui examineront l'opportunité de reconduire ou non ce dispositif. Ensuite l'indice plancher sera revalorisé de l'indice majoré 290 à l'indice majoré 296, consiste, en premier lieu, en l'augmentation de 20 % des indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires (IFTS). La seconde mesure est la création d'un cycle préparatoire pour l'accès au concours interne d'attaché d'administration hospitalière. La troisième revalorise de 10 points la nouvelle bonification indiciaire attribuée aux adjoints des cadres hospitaliers encadrant au moins cinq personnes. En outre, l'accès à la catégorie A sera facilité par la mise en oeuvre de la reconnaissance des acquis de l'expérience professionnelle (RAEP), l'intégration des détachements dans l'assiette de calcul des postes à pourvoir au choix, l'introduction d'une clause de sauvegarde et l'abaissement à trois ans de services publics au lieu de quatre comme conditions d'ancienneté pour pouvoir accéder au concours interne d'attaché d'administration hospitalière. Enfin, pour reconnaître les missions confiées aux adjoints des cadres hospitaliers dans le cadre de la mise en place de la gouvernance hospitalière, ceux qui exercent des fonctions d'assistant des responsables de pôles d'activité cliniques et médico-techniques percevront une prime de 100 euros brut mensuels.